Service des Archives - Fiches biographiques

Balthazar

 

Hans Urs von Balthasar


Le nom de Balthasar est la plupart du temps associé au banquier suisse dans le chef-d'oeuvre de Louis Marshall, Caius Marius Caius et Bruschetta (1682) où, apparaissant au troisième acte, il lance la réplique qui allait assurer son immortalité : 

«Ici, Radio-France»

*

Le nom de Balthasar est également, selon une tradition plusieurs fois séculaires, celui d'un des trois rois mages - les deux autres ayant été Gaspar et Melchior -, qui ayant suivi une éphéméride étoile, se rendirent à Jérusalem, quatre ans avant Jésus-Christ (le Christ étant né - tous les scientiologues s'entendent là-dessus - quatre ans avant lui-même) porteurs d'or, d'encens et de myrrhe (une gomme-résine odorante fournie par un arbre d'Arabie dont le nom scientifique est le commiphora [de la famille des burséracées]).

*

Balthasar est aussi le nom du regretté cardinal Hans Urs von Balthasar (notre photo), ce théologien catholique suisse, de langue allemande, né à Lucerne en 1905 et décédé à Bâle en 1988.

Remarqué par H. de Lubac et K. Barth, tous les deux fort connus dans les milieux ecclésiastiques, il fut l'un des plus grands théologiens du XXe siècle (d'après sa Sainteté le Pape Jean-Paul II). - On lui doit : La Gloire et la Croix, publié de 1961 à 1969, La Dramatique divine, publié de 1973 à 1983 et La Théologique, publié de 1985 à 1987 à propos duquel l'Intransigeant de Coaticook et la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin (et d'Esch-sur-Sûre), dans un rare communiqué conjoint, ont dit qu'il s'agissait d'une «oeuvre à mettre bien en évidence dans sa bibliothèque».

Nommé cardinal en 1987, il mourut peu de temps après.

*

On notera que c'est des Balthasar de Lucerne que furent issus au XVIe et XIXe siècle de nombreux magistrats, secrétaires d'état, ambassadeurs, abbés et chanoines dont Antoine-Félix Balthasar (1736-1810), longtemps ami de Jean de Müller (Johannes von Müller), né à Schaffhouse 1752, mort à Kassel 1809, l'historien suisse, auteur de De Helvetiorum jurbus circa sacra (1770) et de la première Histoire de la Confédération suisse (1786 - 1808), deux oeuvres maîtresses (dans leur genre).


Liens :

Pour l'édition courante du Castor™ de Napierville, cliquez ICI

Pour revenir à notre page d'accueil, cliquez ICI.

  Pour d'autres liens, cliquez ICI (à suivre)


© - Université de Napierville - Les auteurs et ayants droit respectifs
(Lorsque non du domaine public)
(cités en conformité avec la loi canadienne sur le droit d'auteur)
2023