Mary Travers

travers_mary.jpg (8782 bytes)

 

Mary Travers est née à Newport, à l'embouchure de la baie des Chaleurs (Gaspésie), au Québec, le 4 juin 1894 quoiqu'elle ait toujours soutenu que sa date de naissance avait été le 24 juin, - on sait que le 24 juin est le jour de la fête nationale des Canadiens Français -, fille de Lawrence Travers, d'origine irlandaise, et d'Adeline Cyr, première enfant d'un deuxième lit.

A treize ans, elle se retrouve Montréal pour exercer le métier de bonne ou de fille à gages. - Elle se marie tôt, en 1914, à un dénommé Edouard Bolduc, plombier et violoneux. - Une douzaine de grossesses. Seuls quatre enfants survivront.

Grâce à son mari et à son entourage, composé surtout d'ex-Gaspsiens dont plusieurs sont musiciens, elle fréquente très tôt le milieu musical traditionnel de l'époque et, touche à tout, elle s'y construit un solide répertoire qu'elle joue au violon, à l'harmonica, à la guimbarde et à l'accordéon.

En 1920, elle est à Lowell, Massachusetts comme plusieurs Québcois à la recherche d'une fortune aux Etats mais elle est de retour vers 1923 et fait de plus en plus partie des Veillées du Bon Vieux Temps organisées par Conrad Gauthier au Monument National. - Ces veillées avaient lieu quatre ou cinq fois par année et avaient pour thèmes le Mardi Gras, les Sucres, l'épluchette de blé d'Inde, le Réveillon de Noël, etc. - Plusieurs personnalités de la musique traditionnelle du Canada Français sont passées par ces veillées : Ovila Légaré, Isidore Soucy, Alfred Montmarquette, Eugène Daigneault, pour ne nommer que ceux-là. - Mary y est accompagnatrice (harmoniciste).

Un soir, en 1928, à une de ces soirées - elle a 34 ans -, on ne sait trop comment, elle doit ou se met à chanter. Elle ne connaît qu'une seule chanson : Y'a longtemps que je couche par terre. - Elle a une voix particulière, une façon bien elle de débiter les paroles et un rythme qui met tout de suite le public l'aise. On l'applaudit à tout rompre et, rappels après rappels, elle rechante plusieurs fois la même chanson. - C'est le succès instantané.

Encouragée, elle apprend d'autres chansons, participe à divers spectacles, fêtes, soirées mais elle a de la difficulté à trouver un répertoire qui lui convient. Son premier enregistrement (Y'a longtemps que je couche par terre) n'a pas eu le succès escompté. - Elle continue d'accompagner (deux enregistrements avec Alfred Montmarquette) puis elle se met écrire.

En 1929, elle a trouv son style et en décembre, elle enregistre deux de ses compositions : La Cuisinière sur une mélodie qui dessert plusieurs chansons folkloriques et Johnny Monfarleau sur un air du répertoire anglais qui aurait pu s'intituler L'habit de Johnny McFellow. - On est en pleine période de crise, à la veille de Noël mais les ventes dépassent de dix mille copies.

Mary Travers, Madame Edouard Bolduc disparaissent : LA BOLDUC est née ! Sa popularité est telle qu'on la réclame partout.

Contre tous les avis et conseils, elle forme une troupe, s'achète une voiture et part en tournées. - De ces tournées, elle en fera jusqu' trois par année et visitera tous les coins et recoins de la Province de Québec et la Nouvelle Angleterre jusqu'à ce qu'un sérieux accident de voiture mette fin à sa carrière en 1937.

Depuis 1929, en plus de collaborer à l'enregistrement d'artistes à l'époque très réputés (Ovila Légaré, Alfred Montmarquette, etc.), elle a enregistré 80 titres (dont 70 entre la seule période de 1929 et 1932).

En 1939, elle en enregistre quatre autres puis fait une dernière tourne en Abitibi à l'automne de 1940.

En décembre de la même année, on la sait malade ; en janvier 1941, elle est hospitalisée ; le 20 février - elle a 46 ans - elle meurt d'un cancer l'Institut du Radium de Montréal.


L'héritage de La Bolduc est varié.

Si l'on ne remet plus en question l'importance historique de ses chansons, si l'unanimité s'est faite autour de certains titres, La Bolduc n'est toujours pas admise au temple de la renommée des intellectuels québécois. Elle n'a pas ni n'aura jamais sans doute l'importance qu'on donne volontiers à Montmarquette, Allard, Carignan ou une foule de chansonniers qui sont venus après elle. - Elle fait trop peuple, disent les uns ; Elle est vulgaire, disent les autres.

En un certain sens, elle aura été un Soldat Lebrun avant le Soldat Lebrun, une amuseuse publique avant Olivier Guimond (qui, lui-même, a dû passer par un long purgatoire).

Plusieurs de ses chansons, pourtant, soixante, soixante-dix ans après sont encore sur toutes les lèvres. - Il suffit de mentionner un titre pour que la mémoire collective des Québécois se souvienne, sinon de l'air, du moins de certaines de ses paroles.

Pour plus de renseignements :

http://www.labolduc.qc.ca/


Enregistrements :

Pas un mois s'est passé depuis 1930 où la majeure partie de ses enregistrements n'aient pas été disponibles, sous une forme ou une autre.

L'intégrale, aujourd'hui, est disponible chez la très sérieuse maison d'édition Analekta : 4 CD sous coffret portant le numéro AN 2 7001-4.

A propos de cet intgrale :

Lina Remon, en collaboration avec Jean-Pierre Joyal (Madame Bolduc, Paroles et musiques - Gurin, 1993) cite 84 chansons enregistrées entre 1929 et 1939. Elle ajoute également 10 titres que Madame Bolduc aurait enregistrés en collaboration (Montmarquette, Montmarquette et Saint-Jean, Ovila Légaré et Villeneuve et Thomas). - Elle donne également le texte et la musique de huit chansons inédites.

Analekta, de son côté, parle de 86 chansons, ajoutant deux titres la liste de Madame Remon, titres enregistrés en 1930 : volume 4, les numéros 3 et 4.

Le site officiel (Mary Travers - La Bolduc) se contente de n'en citer que 84 :

http://www.labolduc.qc.ca/

Voici les titres parus chez Analekta, publiés en ordre chronologique, du plus récent enregistrement au plus vieux :

(Les titres souligns en rouge renvoient vers un extrait sonore - format MP3)

Volume 1


1  Je m'en vais au marché (1939)
Les souffrances de mon accident (1939)
3  Tout le monde a la grippe (1939)
4  Le voleur de poule  (1939)
5  Les belles-mères (1936)
6  Quand j'ai vingt ans (1936)
7  Gédéon amateur (1936)
8  Les pompiers de Saint-Eloi (1936)
9  Arrête donc, Mary (1936)
10 Les médecins (1936)
11 Les colons canadiens (1936)
12 La lune de miel (1936)
13 Les cinq jumelles (1935)
14 La Gaspésienne pure laine (1935)
15 Les vacances (1932)
16 Sans travail (1932)
17 En revenant des foins (1932)
18 Les conducteurs de chars (1932)
19 Les policemen (1932)
20 Les Américains (1932)
21 L'enfant vol (1932)

Volume 2


1  Si les saucisses pouvaient parler (1932)
2  Quand j'étais chez mon père (1932)
3  Les femmes (1932)
J'ai un bouton sur la langue (1932)
5  Rose cherche à se marier (1932)
6  Bien vite c'est le Jour de l'An (1931)
7  Voil le père Noël qui nous arrive (1931)
8  Danse en souliers de boeuf (1931)
9  R'garde donc c'que t'as d'l'air (1931)
10 Tit Noir a le mal imaginaire (1931)
11 Chanson de la bourgeoise (1931)
12 Ah! c'qu'il est slow Tit Joe (1931)
13 Le commerçant des rues (1931)
14 La Côte Nord (1931)
15 Aux chauffeurs d'automobile (1931)
16 C'est la fille du vieux Roupi (1931)
17 Il va m'faire mourir c'gars-l (1931)
18 L'ouvrage aux Canadiens (1931)
19 La chanson du bavard (1931)
20 Le sauvage du Nord (1931)
21 Jean-Baptiste Beaufouette (1931)

Volume 3


1  Les filles de campagne (1931)
2 Nos braves habitants (1931)
3 Fêtons le Mardi-Gras (1931)
4 Un vieux garçon gêné (1931)
5 La grocerie du coin (1930)
6 Le propriétaire (1930)
7 Le jour de l'An (1930)
8 Le bas de Noël (1930)
9 Les agents d'assurances (1930)
10 Rouge carotte (1930)
11 La bastringue (1930) (avec Ovila Légaré)
12 Mademoiselle, dites-moi donc (1930)
13 Ca va venir découragez-vous pas (1930)
14 Fin fin Bigaouette (1930)
15 Toujours "L'R-100" (1930)
16 Les maringouins (1930)
17 Un petit bonhomme avec un nez pointu (1930)
18 Chez ma tante Gervais (1930)
19 Mon vieux est jaloux (1930)
20 La Pitoune (1930)
21 Reel turluté (1930)
22 Valse turlutée (1930)

Volume 4


1  Fricassez-vous (1930)
2  La morue (1930)
3  Gigue des commères (1930)
4  Fantaisie écossaise (1930)
5  Le joueur de violon (1930)
6  Ton amour, ma Catherine (1930)
7  Reel comique (1930)
8  Galop des pompiers (1930)
9  Le bonhomme et la bonne femme (1930)
10 Si vous avez une fille qui veut se marier (1930)
11 Arthimise marie le bedeau (1930)
12 Tourne ma roulette (1930)
13 La servante (1930)
14 Regardez donc mouman (1930)
15 La cuisinière (1929)
16 Johnny Monfarleau (1929)
17 Valse Denise (1929)
18 Reel de la Golette (1929)
19 Gendre et belle-mère (1929) (*)
20 Quand on s'est vu (1929) (**)
21 Y'a longtemps que je couche par terre (1929)
22 La gaspsienne (1929) (*)

 

(*)   Pièces instrumentales

(**) Musique d'accompagnement

 

Deux enregistrements effectués en 1929 auraient été perdus selon Madame Remon : Valse Denise et le Reel de la Golette, deux pièces instrumentales.

 


Voir également :

Jean Carignan,

Joseph Allard,

Tommy Duschesne,

Tit-homme Caseault,

Les frres Legris,

Isidore Soucy,

Ti-m Picard,

et : Musique traditionnelle du Canada Franais


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru