Masakao Shitake

(1867-1946)

Shitake, Masakao - Photo

 

Né le 27 mars dans une famille de commerçants, le poète haïkuiste Masakao Shitake étudia la philosophie, la littérature et la musique avant de se consacrer uniquement à la poésie vers l'âge de 27 ans.

À 29 ans, il publia, à compte d'auteur, en treize exemplaires, son premier haïku "Sur la possibilité que les oiseaux de basse-cour aient des notions de métaphysique", poème qui passera inaperçu et qu'il reniera par la suite.

Il entreprit ensuite un voyage qui allait le mener aux quatre coins du Japon, voyage dont il revint en 1900, confiant d'avoir trouvé son inspiration et sa voie. - Il publie cette année-là un deuxième haïku destiné à un plus large public : "Un jardin merveilleux dans une tasse de thé au printemps, à l'ombre, près d'un rocher" d'après un conte d'origine médiévale. - Le succès n'est pas au rendez-vous mais à partir de 1902, malgré de graves problèmes personnels (son père, son frère, son fils se suicident), malgré les bouleversements politiques de l'époque, malgré le début de la modernisation du Japon, il publie régulièrement un haïku à tous les deux ans.

À sa mort, en 1946, cette "machine à fabriquer des poèmes" (Osami Omagashi) laisse derrière lui une oeuvre imposante tant par sa quantité que sa variété : vingt-quatre recueils contenant chacun un haïku sur un thème singulier (*). - On se rappellera particulièrement ceux parus en 1910 et 1912 portant sur les combats qui opposèrent les Minamoto aux Taira (1910) et l'instauration du shogunat par Yorimoto (en 1912) ainsi quecelui de 1924 qui résume ses théories fonctionnalistes et dynamiques de la structure sociale dont allait s'inspirer plus tard l'anthropologue britannique Edmund Ronald Leach (1910-1989).

"Son univers, écrira le critique anglais, Howard Albert, spécialiste en littérature nippone, aura contribué à nous faire comprendre le nôtre."

L'anniversaire de sa mort (le 19 novembre) donne lieu à des manifestations de réjouissance dans tout le Japon.

(*) Deux haïkus inédits auraient été découverts en octobre 2004 dans une malle oubliée à bord d'un train.


Retour, si vous êtes venu par là, à : Saint Casimir

Sinon voir à : Jean Dierzon

Ou encore à : Benoit et Marcelle Brisebois


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru