"Monsieur monogramme" Lesage

 

Robert T. Lesage qui fut longtemps reconnu pour ses talents d'aligneur d'objects de formes irrégulières est né à Sarbrucken (Malaisie), le 21 juin 1942, fils d'un riche psychohistorien-éclusier, demiurge à temps partiel et politicien-zélateur de même que d'une mère reconnue pour ses demi-attentions soutenues. Son éducation, il l'a reçu chez les Pères Hondiret de Larnac (Var), où, avant de prononcer ses derniers voeux, il décida de se spécialiser dans la musique pour ascenseurs et supermarchés.

Le 4 juin 1964, à la tête d'une importante société de fabrication d'ersatz (pour trompe-l'oeil, discothèques et monuments anciens), il décide de se lancer dans le commerce des monogrammes. En deux ans, grâce à l'appui d'importants financiers, il devint multi-millionaire créant l'importante société d'archéologie (qui porte aujourd'hui son nom) dont les rapports semi-annuels (semi-annuaux ?) sont devenus depuis des objets de collection. Parallèlement, il ouvre en Irak, Iran et Afghanistan, une chaîne de discothèques, une entreprise de revente de Cadillac au Japon, une usine de traitement d'eau en Libye et un bar de jus de fruits à Dublin. En 1968, il fait faillite mais avec l'appui d'autres financiers, il lance la "Perfect Circle Manufacturing Company of Ireland" où il renoue avec la gloire et la fortune, ses "Perfect Circles" fabriqués à partir de sous-verre étant adoptés puis devenus la norme dans les milieux les plus huppés de la planète.

Vedette de la télévision et du cinéma (à partir de 1972), il décide d'écrire ses propres scénarii puis des romans, des pièces de théâtre où, dans des univers surréels, les personnages, aux prises avec des conflits sociaux ou culturels (plusieurs sont des travestis, à peine travestis), s'entrecroisent dans des situations où des grands maîtres spécialisés dans la reproduction de monogrammes (voir ci-dessous) discutent de théosophie tout en se remémorant divers achats qu'ils ont effectués à Le Muy (Var) durant leur jeunesse.

En 1976 (le 17 avril), il se joint au Mouvement du Renouveau mais il désenchante vite de cette implication politique et se tourne finalement dans la construction d'hôtels, de restaurants et d'immeubles à destinations multiples (musée, bar, bureau, centre de location de vélos, de rasoirs, de pics à glace, cabinet d'optométrie, cafés, revente de verre soufflé, bijoux artisanaux, pizza et t-shirt).

Une grave maladie l'empêche, à partir de 1980, de donner la pleine mesure de son talent et ce n'est qu'en 1988 qu'on le voir réapparaître peu à peu en public. En 1990, il remonte sur les planches où il est un excellent Chicanier dans Les Plaideurs de Racine, donnant la réplique à Maria Conchita Della Denatura Hidalgo de Cortez, elle-même époustouflante en comtesse de Pimbesche, au Grand Théâtre de Saint-Jutras-de-Leure (Var). En 1991, il s'attaque au rôle de Pharice dans Crasibule et Pharice de Louis le Bègue (même théâtre, même ville) puis il lance son premier disque l'année suivante.

Depuis 1995, il est de retour sur la scène internationale des monogrammes.


Retour, si vous êtes venu par là, aux articles du Professeur (parus dans la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et d'Esch-sur-Sûre en 1995)

Voir également à Pierre Patry

Ou encore à Saint-Hyacinthe


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru