Fernand-Claude Leguay

Fernand-Claude Leguay son épouse Georges et leurs deux enfants : Kareen et Laurent

Né en 1967, à Batiscan, Province de Québec, Fernand-Claude Leguay est le fils du propriétaire d'une entreprise de soudure et de récupération de vieux fers et métaux originaire du Bas-du-Fleuve et d'un peintre en bâtiment de la région de Mascouche.

Très jeune, il fut initié aux arts décoratifs par un oncle, un robuste coureur des bois, détective amateur, accordéoniste et raconteur (1), qui lui enseigna les techniques de l'aquarelle, des eaux-fortes, de la gouache, et de la peinture à l'huile tout en lui donnant des cours de dessin.

 

À l'âge de seize ans, il fut un des plus jeunes élèves à être admis à l'École des Beaux-Arts de Saint-Fabien-de-Panet (Montmagny) alors sous la direction d'un groupe de curés particulièrement intéressés par l'émergence d'une culture régionale et chez qui il fut immédiatement repéré par le célèbre coloriste et théologien en art dramatique Angelbert Lateigne, q.p.,  qui lui fit découvrir le sens non pas de l'art dit, à l'époque, décoratif, mais de celui où l'artiste exprime une vision du monde plutôt que d'en illustrer les côtés qui intéressent généralement les politiciens, les hommes d'affaires ayant fait fortune ou la plupart des réalisateurs, membres de comités de sélection ou décideurs dont la présence est influente dans des entreprises ou des sociétés à buts non lucratifs - la plupart du temps subventionnées - où la connaissance du responsable de certains projets est plus importante que la nature desdits projets.

Peu attrayant physiquement (selon certains critères qui, au demeurant, n'étaient qu'une conséquence de ses orientations sexuelles d'alors), inconnu parce que ne faisant pas partie des influents de sa génération et sans aucun doute ignoré à cause de sa persistance à vouloir parler de visions et non pas de budgets et de ses connaissances (d'ailleurs très minimes) des rouages du monde artistique, il reçut néanmoins, à vingt-et-un ans,  une bourse de la Vatfair-Fair Foundation for Artistic Endeavourment  qui lui permit de se rendre à Paris, puis à Londres et puis finalement à Rome, où il décida de consacrer tout son temps à l'histoire de l'art, décrochant sa maîtrise (Université d'Aceto) avec son célèbre mémoire intitulé Étude sur les peintres malgaches du XIXe siècle (en 1990) et finalement son doctorat, en 1997, avec une thèse ayant pour thème Le Camping de Pointe-aux-Oies, source d'inspiration nationaliste, hier et aujourd'hui.

De retour au pays, en 1998, il fut d'abord étalagiste pour le compte d'une importante maison de distribution de meubles et accessoires puis technicien au montage et éclairagiste, d'abord au Musée des Communautés Religieuses à La Durantaye et, à partir de 2002 au Musée du Grand Marshall sous la directive d'Henri Carras.

Marié depuis 1996 (Claude-Fernand a rencontré son épouse lors d'une réception à l'Ambassade du Canada à Paris, au moment où elle occupait un poste de secrétaire-adjointe), il habite avec sa petite famille en banlieue de Napierville où il s'adonne au jardinage et à la restauration de sécheuses-essoreuses automatiques.

Claude-Fernand Leguay déguisé en Liane de Pougy
lors d'un bal masqué, à Londres, en 1995.


(1) Voir à Roland "Tit'homme" Caseault, site de l'UdeNap, page 218.


Voir, si vous êtes venu par là, à :Henri Carras

Sinon, voir à : Sosthène du Cresson

ou encore à : Catherine Pozzi


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru