Alfonso Gagliano

 

Cinéaste, producteur, ambassadeur, puis ministre de la culture caraguayen, né à Sora, en Italie, le 13 mars 1901, décédé à Neuilly-sur-Seine en 1957.

Élu en 1978 au temple de la renommée du cinéma sud-américain, Alfonso Gagliano est considéré aujourd'hui comme le véritable fondateur de l'industrie cinématographique caraguayenne.

Après une enfance passée à Naples, il suit sa famille à Rome en 1912 ; là, tout en poursuivant des études de comptable, il s'intéresse à la fois au théâtre et à la politique ; en 1922, il réussit à se faire engager comme figurant dans la compagnie de Francesco Cotroni. En 1927, lors d'une tournée sud-américaine, il décide de demeurer au Caraguay où, parallèlement à ses activités de comédiens et de metteur en scène, il fonde une compagnie de publicité très tôt chargée par le Gouvernement de son pays d'adoption de promouvoir l'unité du pays.

En 1928, il tourne "Servicio de información horaria", un film sur commande, qui lui vaut d'être nommé sous-ministre de la propagande de 1931 à 1934, tout au long de la guerre pour la possession du San Raoul, période au cours de laquelle il est le producteur attitré de plus de cinquante courts et longs métrages parmi lesquels on retiendra Envío contra reembolso de Luis Servil.

Maria Alonchez et Carlos Montana
dans
Envío contra reembolso
de
Luis Servil (1932)

À la fin des hostilités, Alfonso Gagliano, reçu Chevalier de l'Ordre du Caraguay, est nommé responsable de toutes les représentations cinématographiques au pays, poste qu'il occupera jusqu'en 1941, date à laquelle il accède au poste de ministre de la culture et des travaux publics.

(Les cinéphiles se souviendront que c'est en 1941, que paru en salle "La noche y tú" d'Alfonso Sandoval, film-clé dans l'histoire du Cinéma caraguayen).

En 1952, peu avant le renversement des officiers nationalistes caraguayens par le Général Rodolpho de la Bohemia (1953), Alfonso Gagliano fut nommé ambassadeur au Vatican. Rappelé en 1955 pour répondre à diverses accusations - toutes fausses - de détournement de fonds, d'acceptation de pots-de-vin, de trafique d'influence, etc., il allait, lors de son procès, en 1957, faire éclater son innocence lorsqu'il fut emporté par une embolie, le 10 septembre, s'étant accidentellement tiré une balle en pleine poitrine lors d'une chute du balcon de sa demeure sur un engin explosif quatre étages plus bas.


"On peut dire de lui, écrivait le thanatologue Juan Passion, dans la revue L'abcès, qu'il a été celui qui a le plus contribué à démontrer que, bien orchestré et sous la directive de fonctionnaires éclairés,  le cinéma peut être d'autre chose qu'une forme de divertissement anodin ou, pire, encore une source de passivité."

"Je ne l'ai pas connu, disait récemment la comédienne Alicia Maria Ascension, mais je sais que sans lui, je n'aurais jamais réussi à percer."


Le Bijou, cinéma de répertoire situé dans le quartier universitaire de Napierville, a nommé une de ses trois salles en son honneur.

 

- Alphonse-Gérard Lemaire et Jules Picpus Dutrisac - 09-06


Retour, si vous êtes venu par là, à :  Eugène Carrière

Sinon voir à : Ben Hur

Ou encore au : Chevaliers de Saint-Lazare


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru