Euclide Marshall

dit "Le Professeur"

Fils d'Alphétus Marshall, dit Marshall l'Initiateur, et petit-fils de Tony Marshall, dit Marshall le Grand, Euclide Marshall, dit le Professeur, est né le 25 décembre 1933.

Sa carrière, qui n'est pas encore terminée, s'est déroulée sur plusieurs continents, dans plusieurs domaines et n'a pas toujours été suivie adéquatement pour qu'un biographe puisse en résumer l'essentiel en sept ou huit volumes.

Divers résumés, quelques monographies et diverses études se sont attaqués à la lourde tache d'en résumer certaines parties mais rien de vraiment comparable au travail entrepris depuis plusieurs années par les alumnis de la Chaire de Séismologie Appliquée de l'Université de Napierville qui ont décider de combler cette lacune en récupérant les informations ad hoc contenues dans les comptes-rendus de ses travaux ou de ses conférences, les articles de journaux décrivant ses voyages et exploits, les magazines (spécialisés ou non) ayant traité de ses connaissances, les thèses de doctorat auxquelles il a apposé sa signature, ses peintures, scuptures et écrits, ses études économiques et scientifiques publiés dans diverses revues, les articles et volumes qui lui ont été consacrés et, plus récemment, les émissions de radio et de télévision où son nom est revenu à plusieurs reprises. - Malheureusement, comme le rapportait l'un de ces alumni au comité formé pour classifier les informations ainsi recueillies, le sujet est si important, le personnage si grand qu'il est fort à craindre que certains faits et gestes demeurent à tout jamais perdus.

Dans un mouvement de mansuétude totale, le Professeur a consenti récemment, malgré ses occupations, à accorder aux plus intéressés de ses anciens élèves des interviews qui sauront sans doute, sinon combler cette lacune, du moins rendre moins obscurs certains passages de sa vie.

La chronologie qui lui a, à ce jour, été consascrée donnera une idée du travail entrepris dans cette direction.

Et, sur ces mots, soulignons au passage sa charmante épouse, Madame Clara Bibesco-Greffulhe.


Note personnelle d'Herméningilde Pérec :

Monsieur, Madame,

Lorsque Messieurs Philémon Vatfair et Placide C. Fair  du Groupe Vatfair-Fair and Co. m'ont demandé d'écrire quelques mots sur celui qui a été et qui demeure le cerveau-phare de deux et bientôt trois générations, celui qui a su inspirer les plus nobles pensées à une jeunesse parfois troublée mais toujours à l'écoute, celui dont les inventions, suggestions et bons mots continueront d'alimenter les discussions scientifiques, philosophiques et religieuses pour des années à venir, je n'ai pas hésité une seule seconde car je tardais déjà, à mon humble avis, à participer à cette biographie le concernant, ce que je m'étais promis de faire depuis longtemps.

Des extraits de c ette biographie, on la trouvera tout au long de l'exploration de ce site, dont il a été l'instigateur et disons-le, le grand ouvrier.

Aujourd'hui, à l'approche de ses quatre-vingts ans, on pourrait penser que le meilleur de lui-même est derrière lui  mais ce serait sous-estimer cet homme unique qui, en quelques décennies, a su dépasser en sagesse et en grâce bien des personnages pourtant renommés qui, l'ayant chronologiquement précédé,  continuent d'alimenter certaines presses spécialisées.

Et, à la demande générale, un mot, ici, sur son apparence physique :


Portrait :

Nous nous sommes longtemps rebiffés contre ces portraits caricaturaux que certains journalistes, raconteurs et autres amateurs de potins ont toujours esquissés de leurs contemporains. - L'idée-même qu'un homme tel que le Professeur puisse être réduit à quelques pigmentations sur une toile, diverses taches d'acide sur une plaque de verre ou  quelques traits monochromes dans un livre ou une revue nous a toujours fait sourire. - Exceptionnellement, pour ce site, nous nous sommes pliés à ce caprice des temps, son visage étant maintenant si connu.

>

Euclide Marshall aux chutes Reichenbach, près de Rosenlaui (au printemps de 1958)

Pigmentations :

Il existe plusieurs films dans lesquels on peut voir le Professeur marcher, skier, jouer au tennis, au volant de sa voiture, etc. mais aucun en train de discourir ou en classe, les caméras ayant toujours été interdites à l'intérieur des murs de l'UdeNap, ce qui est quelque peu malheureux car c'est dans ses gestes que l'on reconnaît son savoir et son autorité.

De ces gestes, ses élèves sont unanimes à déclarer que le plus représentatif peut être comparé à celui de saint Philippe chassant un dragon du temple d'Hiéropolis, tel que dépeint par Filippino Lippi en 1502, une toile qui se trouve aujourd'hui en l'église Santa Maria Novella, à Florence :

0

On a également vu en lui une certaine ressemblance avec le moine en soutane grise dans "L'enterrement du Comte Orgaz" du Gréco en l'église Saint-Thomas, à Tolède :

Elizabeth Regina - Sosthène du Cresson - Herméningilde Pérec - 09-05


Voir également :

Le Professeur chez lui

Une interview donnée par le Professeur à l''automne de 2008


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru