Victor-Marie Marshall (Marchal)

(Première branche cadette des Marshall)

Fils de Paul-Jehan Marchal et petit-fils de Marcel-Marc, Victor-Marie Marchal est né, lors d'un des rares déplacements de son père, à Besançon en 1803. - "Ce siècle avait trois ans" écrira-t-il plus tard dans son journal.

Après de brillantes études à Paris, au lycée Louis-le-Hutin (rue de Seine), il fréquenta la faculté des arts libérales et fonda La Libération littéraire, se donnant pour but d'être "Lui ou rien."

En 1823, il publia Mélopées, un recueil de poésies postclassiques vaguement inspiré de Virgile et de Pascal. - Ce recueil n'eut aucun succès.

En octobre de la même année, il épousa Adèle Coucher, une amie d'enfance de son frère Eugêne, et n'ayant pour vivre que de maigres revenus en provenance de la rédaction de cartes de souhait,  il travailla avec acharnement pour fait paraître ses Nouvelles Mélopées (1825), puis Mélopées et Épithalames (1827) ainsi qu'un roman sur le Vampire du Pucelldorf dont allait s'inspirer plus tard, le chanteur surréaliste Georgius. 

Ces livres n'eurent pas plus de succès que le premier et lui firent réaliser qu'il était en train de devenir LUI mais aussi RIEN.

En 1827, il réorienta sa carrière et devint représentant de commerce (bouchons de liège, plantes d'intérieur et farces et attrapes). Ce métier lui inspira un drame, Cromwell, jr. (1828), qui n'eut pas plus de succès mais dont la préface, écrite dans une langue typiquement commerciale, allait inspirer le mouvement Oulipo en 1960.

En 1831, c'est l'échec encore plus complet avec Jernani :

Ce drame, son premier, dont l'action se situe dans le Portugal du XVIe siècle, est pourtant traversé par un puissant souffle classico-romantique : Jernani, le hors-la-loi mis hors-la-loi par Ron Carlos - le futur Charles Six -, est amoureux de Doña Luna ; alors qu'il a réussi à obtenir son pardon, son rival, Don Ruy Silva de Gomez, vient lui rappeler une ancienne promesse et les deux en viennent aux poings devant une Doña Luna affolée qui décide de se réfugier dans un musée de cire.

- Lydia Péclet-D'Arvors    

(Cet argument allait inspirer un des plus grands moments du cinéma mexicain en 1963. - Voir à Santo : Santo en el museo de cera.) 

L'année suivante, il publia un récit historique animé d'une puissance épique, Notre-Dame de Bugenvald où les aventures d'un bedeau élégant, admirateur d'un archidiacre, Pirollo, décide de repeindre en vert la chapelle de la sacristie pour le mariage d'un certain Prébuce avec une chanteuse d'opéra, La Miralda. - Une opérette musicale basée sur ce récit assura sa déconfiture totale.

De retour dans les farces et attrapes, il décida de se lancer en politique.

En 1841, il est élu assistant-marguillier de la paroisse de Saint-Sévère (Étretat) puis marguillier l'année suivante. Il se croit lancé. - En 1849, il est forcé de s'exiler en Angleterre à cause d'une vague affaire de dîmes impliquant sa paroisse et la collégiale de Notre-Dame et Saint-Laurent O'Toole à Eu.

De là, il composa sa visionnaire Légende des années qui achèva de le classer parmi les écrivains les plus mal inspirés de sa génération.

En 1863, il récidive avec Les Bien-nantis où il vante les vertus des fortunes personnelles en la personne du personnage de Bompiani pourtant pourchassé par l'infatigable bandit Joubert. - Échec plus cuisant encore que ses oeuvres précédentes.

Dorénavant, il ne pourra publier qu'à compte d'auteur ce qu'il fait, en 1867, avec ses Travailleurs de la terre dont aucune copie ne nous est parvenue.

Retour dans les farces et attrapes.

Après la chute de l'Empire, il est à nouveau à Paris où il est nommé, par un concours de circonstances difficile à expliquer, directeur du nouveau lycée Napoléon IV puis, successivement, sous-directeur en 1873, assistant-sous-directeur en 1874, professeur en 1875 et professeur de gymnastique en 1876.

En 1878, il publia des souvenirs :  Petit-fils de Marcel-Marc ou l'Art d'être un petit-fils dont on retrouva toutes les copies aux pages non encore coupées, chez lui, après sa mort.

En juin 1879, une congestion cérébrale le laissa diminué et, jusqu'en 1886, date de sa mort, il n'écrira plus à la grande joie de sa famille qui tenait à ce qu'il recouvre la santé.

Ses obsèques  sont mentionnées dans Le Petit Parisien, section humoristique où, finalement, il est reconnu à sa juste valeur comme ayant été celui qui a le plus répandu l'usage du "buzzer" inventé par son ami Émile Littré au début des années vingt (1820).

Parmi ses enfants :

            Michelle (1841) qui a épousé un dragon en 1860

            Georges-Marie-André (1843)

            Noël-Noël (1846), ferblantier à Asnières

            et Andrex (1847), fondateur de la Régie d'Exportation de Feuillets Paroissiaux.

 

Elizabeth Regina - Sosthène du Cresson - Herméningilde Pérec - 09-05


Retour si vous êtes venu par là, à la : Branche cadette des Marshall (branche numéro un)

Sinon voir à : Acquanetta

Ou encore : aux descendants d'Éléazar Marshall


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru