Université de Napierville

Zouaves

zouave.gif (39187 bytes)


Certains visiteurs du Campus de l'Université de Napierville (voir à renseignements généraux) sont surpris de constater que la protection y est assurée par un détachement des Zouaves de Saint-Romuald-d'Etchemin vêtus de leur costume traditionnel. - Quelques-uns demandent même ce que des militaires rattachés à la défense des intérêts du Vatican peuvent bien avoir à faire avec un établissement qui se veut catholique certes, mais qui est surtout consacré à la connaissance, la science et la culture. «C'est que, comme l'explique la brochure qu'on peut se procurer au centre d'accueil, nos zouaves à nous ne sont pas pontificaux

Histoire

Rappelons d'abord que le mot zouave vient de l'arabo-berbère Zwâwa, du nom d'une tribu kabyle installée au début du XIXe siècle dans l'est algérien ; que de cette tribu, les Turcs, par l'intermédiaire d'un représentant à Alger, ont commencé à recruter des soldats pour leur armée vers 1820, leur donnant le nom de Zwawés. (Que les Turcs aient eu divers rapports avec les Algérois à partir de 1518 avec le protectorat de Khayr al-Din, dit Barberousse - mort à Istanbul en 1546 - n'est pas sans être connu de nos lecteurs)

Lorsque la France prit Alger, en 1830, ce représentant - dont l'histoire n'a pas retenu le nom - a tout de suite offert ses services à ses nouveaux maîtres.

Louis de Ghaisnes, comte de Bourmont (né et mort à Freigné, Maine-et-Loire, 1773 - 1846) qui était à ce moment-là Ministre de la Guerre et commandant de l'armée d'occupation, qui lui avait été du côté des Vendéens puis de Napoléon, puis de Louis XVIII (avant de refuser d'obéir à Louis-Philippe, offrit ses services aux Portugais) comprit vite le parti qu'il pourrait tirer de cet individu.

En quelques mois, il leva une armée de 2 000 zouaves qui allaient former le premier embryon des troupes indigènes de l'armée française.

Encadré par des Français, ces premiers zouaves s'étant comportés courageusement sur la ligne de feu, on en fit deux bataillons d'où allaient sortir, plus tard, les tirailleurs algériens, deux escadrons à cheval, ancêtres des chasseurs d'Afrique, des spahis, etc. et puis finalement un régiment où étaient mêlés côte à côte des Français et des autochtones.

Après la formation des tirailleurs indigènes (1837-1841), les zouaves devinrent un corps exclusivement français.

Jusqu'à leur dissolution en 1962, les régiments des zouaves français s'illustrèrent pendant toutes les campagnes du second Empire (en particulier en Crimée [zouaves de l'Alma]) puis au cours des deux guerres mondiales, en Indochine, en Algérie, etc.

Ce qui les a rendu célèbres, cependant, n'est pas leurs faits d'armes (malgré qu'ils aient été nombreux et souvent exceptionnels, les zouaves étant connus pour leur ténacité et leur bravoure), mais leur costume dessiné à partir de celui des Zwâwas mais aux couleurs de la France : bleu, blanc et rouge.

Les zouaves américains

C'est au cours de la guerre de Crimée qu'un jeune capitaine du nom de McClellan - qui allait devenir le général McClellan - vit, pour la première fois des zouaves en action. - Il en fut si impressionné qu'il ramena en Amérique un de leurs costumes.

Ce costume et la réputation des zouaves français allaient donner naissance à des régiments qui voulurent les imiter. C'est ainsi qu'on assistera dans les années suivantes aux régiments des zouaves de Louisiane (1861), de Pennsylvanie (1862) et de New York (1863) qui allèrent s'illustrer à leur tour à Fredericksburg, Chancellorsville, Gettysburg et Petersburg.

zouaves_americains_1.jpg (124255 bytes) zouaves_americains_3.jpg (190008 bytes) zouaves_americains_2.jpg (119556 bytes)

Costumes des zouaves de Pennsylvanie

Zouave blessé à la bataille de Fredericksburg Costumes des zouaves de Louisiane

(Cliquez pour agrandir)

Les zouaves de Saint-Romuald-d'Etchemin

Le régiment des zouaves de Saint-Romuald-d'Etchemin fut créé en 1865, à peu près en même temps que les zouaves de Bahia (corps des volontaires brésiliens), parallèlement à l'existence des zouaves de l'armée turque (régiments dissous en 1914), ce qui en fait un des plus vieux régiments zouaves au monde.

Les zouaves pontificaux

Le corps des zouaves pontificaux fut constitué en 1860 par des volontaires à la demande de Pie IX pour la défense des États du Vatican.

Pour de plus amples renseignements sur ce corps d'élite, s'adresser à :

        L'Association des descendants des zouaves pontificaux        
        91 rue Escudier -  92100 Boulogne-Billancourt - France 

        Le but de cette association étant de : 

"faire connaître, conformément aux demandes du Sacré-Coeur, les vertus de Foi et d'Honneur, de Fidélite et de Courage, de Sacrifice et de Dévouement, illustrées héroïquement par leurs aïeux, zouaves pontificaux et volontaires de l'ouest, au service du Saint-Siège et de la France" 

L'association mène à cette fin et en vue de remédier à la crise de la civilisation des temps modernes, des actions d'ordre spirituel, historique, culturel et artistique.

(L'ordre du Québec des Zouaves Pontificaux a été créé par Monseigneur Bourget en 1860. - Le costume de cet ordre a été enregistré en 1910).

Pour des photos de zouaves pontificaux, cliquer ici.

 

Voir également à Simone de Beauvoir


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru