Université de Napierville

Le calendrier Marshall

Photo à suivre


Un peu d'histoire :

Plusieurs calendriers ont existé depuis l'existence de l'humanité : les calendriers solaires, lunaires, les calendriers de crus de fleuves, de marée ou même, chez certaines peuplades de l'Océanie, des calendriers basées sur les occultations d'étoiles. - La plupart sont tombés en désuétude : le calendrier malgache, par exemple, avec ses journées de trente-six heures et ses années de 243 et de 244 jours (alternativement), ou encore le calendrier bosniaque avec ses  13 mois de 28 jours et qui fut longtemps en retard par rapport au calendrier julien et le célèbre calendrier d'Épiphonème de Thalos avec ses 21 mois et demi (de 17 jours). - D'autres demeurent quoique de moins en moins répandus : le calendrier hébraïque qui ne sert guère plus que lors de cérémonies religieuses, le calendrier chinois (horoscope) et le presque ignoré (sauf par les historiens) calendrier républicain.

Aucun, y compris le grégorien (adopté en 1582 par Rome, l'Espagne, le Portugal et la France  - quoique, dans ce dernier cas, avec six mois de retard - et puis successivement par l'Angleterre et la Suède en 1752 et, puis près de nous, par la Russie orthodoxe en 1918 et la Grèce en 1923), n'eut cependant l'impact que produisit, en 1902, l'adoption par l'Université de Napierville du calendrier Marshall dont l'utilité cependant ne concerne que la datation des séismes.

Le calendrier Marshall

Basé sur le principe qu'au moment de la mort de Jésus-Christ le grand voile du Temple de Jérusalem se soit fendu en deux (évidence certaine d'un séisme), le calendrier Marshall débute en l'an 29 du calendrier grégorien, le vendredi saint de chaque année, à quinze heures, précises, GMT + 5 puis, depuis cette première date, le vendredi saint de chaque année, ses années ayant en conséquence entre 331 et 399 jours - Pâques pouvant tomber, au plus tôt, un 22 mars et au plus tard un 25 avril - et ses journées, 24 heures, 1 minute et 58,9863 secondes pour tenir compte des années bissextiles de cet autre calendrier jusqu'en l'an 12 027. - Voir à Pâques.

Assorti à ce calendrier, une table permet de rapporter les dates ainsi calculées au calendrier grégorien d'où cette tradition, à l'Université de Napierville, de ne citer que ces dernières dans ses travaux.

 

Retour, si vous êtes venu par là, à : Cain

Sinon voir à : Émile Littré

Ou encore à : Robert Proust


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru