Université de Napierville

Leon Bix Beiderbecke

bix.jpg (33079 bytes)


Leon Bix Beiderbecke est né au 1934 Grand Avenue, Davenport, Iowa, le 10 mars 1903, troisième enfant d'une famille d'immigrants allemands installés dans la région depuis deux générations et propriétaire de la East Davenport Lumber and Coal Company. - Son père s'appelait Bismark, son grand-père, Carl. - Son père qu'on avait surnommé «Bix» avait déjà surnommé son premier fils (Charles) «Bix». - Dans la maison, les deux étaient connus sous les noms de «Big Bix» et «Little Bix». - Jusque là, tout allait bien mais quand Leon vint au monde, «Big Bix» insista, pour des raisons qui sont demeurées obscures, pour que ce deuxième fils porte officiellement le nom de «Bix». - C'est sous ce nom - et non surnom - que ce futur cornettiste-pianiste-compositeur  allait passer à la postérité.

À trois ans, il savait jouer du piano. À sept ans, «Little Bickie» faisait déjà la manchette du Democrat local qui annonçait avec fierté que la ville de Davenport avait son prodige : un jeune musicien qui, sans avoir suivi un seul cours de musique, pouvait jouer n'importe quoi sur le piano familial, n'importe quoi qu'il n'avait entendu qu'une seule fois. - Un certain professeur Ernest Otto voulut bien prendre sous sa tutelle ce jeune phénomène mais, après quelques leçons, comprit vite que le jeune Bix n'avait aucun intérêt dans le solfège et dans ce qu'il connaissait, lui, de la musique. - Un autre professeur, Charles Grade de Muscatine (environ 40 kilomètres à l'ouest de Davenport) fut appelé à la rescousse. Après quelques semaines, on s'aperçut que «Little Bickie» ne s'intéressait pas plus à sa technique d'enseignement : plutôt que de suivre ses leçons, il ne faisait que répéter, note pour note, ce que l'autre lui jouait, fausses notes comprises. - Et c'en fut fait des études musicales de Leon Bix Beiderbecke.

En 1918, de retour de l'armée, son frère, Charles arriva à la maison avec une machine bien intrigante : un gramophone. - Sur ce gramophone, il fait jouer à son frère des disques d'un certain groupe connu sous le nom de Original Dixieland Jazz Band. - C'est, pour Leon, la découverte  - À partir de ce moment-là, il consacre ses loisirs à l'apprentissage du cornet, cet instrument avec lequel, le leader du groupe, Nick LaRocca,  improvise exactement ce qu'il entend depuis des années.

En 1921, ses parents l'enregistrent au Lake Forest Academy de Chicago où, tout près, il peut aller entendre les New Orleans Rhythm Kings.

En 1922 - il n'a que dix-neuf ans - il est expulsé de son collège : son seul intérêt : le jazz.

Dès 1923, il fait partie de divers groupes dont un qui allait être connu sous le nom des Wolverines où il deviendra non pas le chef - Bix n'a que faire des contrats et des engagements - mais le musicien-clé.

Ses premiers enregistrements datent de 1924. En 1925, il signe son premier chef-d'oeuvre : Davenport Blues.

En 1927, avec divers groupes (Bix and his Rhythm Jugglers, Frankie Trumbauer and his Orchestra, Tram Bix and Lang, Bix Beirdebecke and his Gang...), il enregistre ses grands classiques : Sorry, Riverboat Shuffle, Singin' the Blues...

Mais déjà, il est atteint du mal qui allait l'emporter : il boit.

Sa renommée est grande. Paul Whiteman consent à l'engager en tant que premier cornettiste dans son orchestre malgré que son nouvel employé sait à peine lire la musique.

Bix s'y ennuie prodigieusement (diverses sources laissent sous-entendre cependant qu'il y est très heureux, ce qui ne l'empêche pas de boire tout autant prodigieusement). - À la fin de 1929, il est hospitalisé pour être désintoxiqué mais rien en va plus. Dès sa sortie, il s'est remis à boire et joue là où on veut bien de quelqu'un qui respectera peut-être ses engagements - En 1930, il joue épisodiquement pour les orchestres de Hoagy Carmichael et d'Irving Mills puis se joint à l'orchestre formé par Charles Prévin pour une émission de radio : The Camel Pleasure Hour. - Il y fait ses derniers enregistrements, se contentant parfois de ne jouer que les premières mesures d'arrangements plus ou moins inspirés.

Il quitte Prévin en octobre de la même année et, d'orchestres en orchestres, il continue à vivre une existence de plus en plus marginale. À la fin de juillet, il contracte une pneumonie et meurt le 6 août suivant.


Sa vie a inspiré divers romans, un film (Young Man with a Horn de Michael Curtiz - 1950 [avec Kirk Douglas dans le rôle-titre - sic]) et diverses biographies dont l'excellent Bix Man and Legend de Richard Sudhalter, Philip R. Evans et William Dean Myatt et les précieux souvenirs de Ralph Berton, Remembering Bix. (références ci-dessous).

Quant à ses enregistrements, ils sont nombreux et continuellement disponibles depuis plusieurs années. - Celui que nous recommandons, outre le depuis-longtemps-épuisé double-album sur Milestone (Bix Beiderbecke and the Chicagoans Cornet - M-47019 [1974]), est un CD paru en 1988 mais toujours disponible intitulé Bix Beiderbecke Bixology sur étiquette Giants of Jazz, numéro 53017.

De Bix, nous entendrons, au cornet :

(Cliquez sur les notes, format MP3)

Davenport Blues enregistré le 26 janvier 1925 (Bix and his Rhythm Jugglers) avec : Bix au cornet, Tommy Dorsey au trombone, Don Murray à la clarinette, Paul Mertz au piano et Tommy Gargano à la batterie.

Davenport Blues :

Singin' The Blues enregistré le 4 février 1927 (Frankie Trumbauer and his Orchestra) avec : Bix au cornet, Bill Rank au trombone, Jimmy Dorsey à la clarinette, Frankie Trumbauer au saxo, Paul Mertz au piano. Eddie Lang à la guitare  et Chauncey Morehouse à la batterie.

Singin' The Blues :

Riverboat Shuffle enregistré le 9 mai 1927 (Frankie Trumbauer and his Orchestra) avec : Bix au cornet, Bill Rank au trombone, Don Murray à la clarinette, Doc Ryker et Franlkie Trumbauer au saxo, Irving Riskin piano. Eddie Lang à la guitare et Chauncey Morehouse à la batterie.

Riverboat Shuffle :

Sorry enregistré le 25 octobre 1927 (Bix Beiderbecke and his Gang) avec : Bix au cornet, Bill Rank au trombone, Don Murray à la clarinette, Adrian Rollini au saxo, Frank Signorelli au piano et Chauncey Morehouse à la batterie.

Sorry :

(Si vous n'avez qu'un enregistrement à écouter, ce sera celui-là !)

Et, au piano :

In a Mist enregistré le 8 septembre 1927.

In a Mist :


Alphétus Marshall aurait rencontré Bix Beiderbecke à New York en 1926 autour d'une partie de baseball (?). Cela est plus que probable, Bix étant un grand fervent de ce sport qu'il jouait, selon Ralph Berton, avec un grand enthousiasme et avec beaucoup de talent.


Références :

Bix Man and Legend - Richard Sudhalter, Philip R. Evans et William Dean Myatt - Schirmer Books (Macmillan Publishing), New York - 1974 - 512 pages

Remembering Bix - Ralph Berton - Harper & Row, New York - 1974 - 428 pages

Baseball, Bix and me - A. Marshall - PUN - 1939 - 2 vols. - 524 pages

Bix; The Leon Bix Beiderbecke Story - Philip R. Evans and Linda K. Evans - Prelike Press - 1998

Bix Beiderbecke - Burnett James, Cassell & Co, Ltd. - 1959

Bugles for Beiderbecke - Charles Wareing and George Garlick - Sidgwick and
Jackson Limited, London - 1958

The Bix Bands : A Bix Beiderbecke Disco-biography - Vittorio Castelli, Evert, Ted
Kaleveld, and Liborio Pusateri. Raretone, Milan - 1972

La vita e la leggenda di Bix Beiderbecke - Aldo Lastella, Nuovi Equilibri S.R.L.,
Roma - 1991

Bix Beiderbecke : Sein Leben, Seine Musik, Seine Schallplatten - Klaus Scheuer -
Waakirken-Schaftlach, Oreos Verlag, Germany - 1995

Bix Beiderbecke : Jazz Age Genius - David R. Collins, Morgan Reynolds, Inc.,
Greensboro, North Carolina - 1998

PhR


Pour de plus amples renseignements, voir à : http://bixbeiderbecke.com (*)

(*) Aux dernières nouvelles, ce site ne répondait plus

 

Pour de plus amples renseignements sur la musique de l'époque, consultez les pages suivantes :

Joe King Oliver

Jelly Roll Morton

Blind Willie Lessard


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru