Université de Napierville

Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky dit Guillaume Apollinaire


Soldat français d'origine italienne (et polonaise) né à Rome le ou peu avant le 26 août 1880, date à laquelle il fut déclaré à l'état civil sous le nom de Guillaume Albert Dulcigni par une sage-femme qui précisa que ses parents ne voulaient pas se faire connaître.

Le 29 septembre il fut baptisé  en l'église san Vito sous le nom de Guillaume Albert Wladimir Alexandre Apollinaire à la demande d'une certaine Angelica de Kostrowitsky qui ne négligea pas de le reconnaître officiellement, le 2 novembre, comme étant son fils naturel.

Sa carrière militaire débute en décembre 1914, non sans difficultés, sa demande initiale, en août de la même année, ayant été refusée du fait qu'il était étranger.

Naturalisé français, le 6, il est incorporé au 38e régiment d'artillerie de Nîmes.

En avril 1915 il est au front où lui sont très vite octroyés les gallons de brigadier. 

Le 24 août, il est promu maréchal des logis. 

Le 20 novembre, il passe dans  l'infanterie où il est affecté au 96e régiment avec le grade de sous-lieutenant.

Le 17 mars 1916, vers 16 heures, dans une tranchée du bois des Buttes près de Berry-au-Bac (Aisne)un éclat d'obus le blesse à la tempe. - Évacué le lendemain sur l'ambulance la plus proche, il est opéré à 2 heures du matin. - Une incision en «T» permet d'extraire plusieurs petits éclats de la région temporale. - Le 20 mars, de l'ambulance, il est dirigé sur l'Hôtel-Dieu de Château-Thierry puis, de là, le 28 mars, il est transféré au Val-de-Grace, à Paris. - Le 10 avril, à sa demande, il est à nouveau transféré à l'hôpital italien du Quai d'Orsay où son ami, Serge Férat est infirmier.



Casque de soldat de Guillaume Appollinaire

Vers la fin d'avril, sa plaie s'est presque complètement cicatrisée mais des évanouissements et la paralysie partielle de son côté gauche inquiètent ses médecins.

Le 9 mai, il est transporté à la villa Molière, boulevard de Montmorency, à Auteuil, où  il est trépané par le docteur Beaudet.

En août, la tête bandée, il est de retour chez lui mais, malgré sa blessure, il n'est toujours pas, au début de 1917, démobilisé. Officiellement, il est toujours affecté à la «Direction générale des relations [du Commandement] avec la Presse», c'est-à-dire à la Censure. - En juillet, il quitte la Censure pour le cabinet du ministre des Colonies.

En janvier 1918, une congestion pulmonaire entraîne son retour à la villa Molière . - En novembre il doit s'aliter à nouveau, atteint par l'épidémie de grippe espagnole qui désole Paris. - Malgré les soins qu'on lui prodigue, il meurt le 13 novembre 1918.

Document :

On l'écoutera en janvier 1914, quelques mois avant son engagement, récitant, dans une salle de la Sorbonne, Le Pont Mirabeau, un poème de son cru :

Cliquez sur la note pour entendre la voix de Guillaume Apollinaire (format MP3) :


Le Pont Mirabeau

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé 
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

 

Retour, si vous êtes venu par là, à : Paul-Marie Lapointe

Sinon, voir à : Serge et Rhéal

Ou encore à : Fawzi Malhasti


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru