Université de Napierville

Joseph Allard


Joseph Allard est né à Châteauguay, Province de Québec, le 1er juillet 1873.  Jeune, il apprit les rudiments du violon de son père puis, vers l'âge de 16 ans, il immigra aux États-Unis pour y trouver de l'emploi mais surtout pour y parfaire sa culture musicale.

Il y fit la rencontre de sa future épouse, Alexina Couillard, mais connu également à la même époque des dizaines de musiciens, immigrés comme lui, la plupart en provenance d'Écosse et d'Irlande, et qui lui firent découvrir une tradition musicale qui complétait la sienne.

À vingt-cinq ans, son nom était connu de tous les violoneux de l'époque, sachant, selon la légende, plus de 2,000 reels par coeur. Il revient au Québec vers 1917 mais, de sa musique, il ne peut vivre que difficilement.

Jean Carignan nous raconte qu'il habitait, vers 1924, une petite maison en tôle à Saint-Pierre-aux-liens (Ville Saint-Pierre, aujourd'hui Lachine, patrie de Madame Chabaud de Saint-Pierre) et qu'il partageait son temps, avec son guitariste Fidel (Frank) Laforge, un Amérindien de Caughnawaga (aujourd'hui Kahnawake) en banlieue de Montréal, et le danseur Ti-Louis Aquin,  entre des noces, des soirées dansantes et des invitations à jouer lors de fêtes populaires.

En 1928, la compagnie Victor eut l'idée de lui faire enregistrer quelques 78 tours. - Le succès fut immédiat. - Pas une maison qui ne possédait un gramophone qui n'achetait pas un ou plusieurs disques de celui qu'on qualifiait alors le «prince des violoneux».

Il en grava entre 1928 et 1930 plus de soixante-quinze dont plusieurs sont régulièrement repiqués sur CD.

Jusqu'à la fin de 1945, il ne cessa, malgré la crise économique, de jouer, d'enseigner et d'enregistrer, étant en demande partout dans la province.

Depuis sa mort survenue en 1947, son répertoire est considéré comme la base de ce que tout musicien traditionnel doit connaître.

On écoutera, de lui, divers enregistrements (format .MP3) :

(Cliquez sur la note)

Le reel du cultivateur (1929) :  Bouton (02:58 min.)

Le reel de Châteauguay (1929) :  Bouton (02:46 min.)

Le reel de mon maton (1930) :  Bouton (02:49 min.)

Quadrille acadien (1937) :  Bouton (02:49 min.)

Le reel des moissonneurs (idem) (1942) :  Bouton (02:50 min.)

Le reel de Saint-Malo (idem) (1944) :  Bouton (03:01 min.)

Le reel de Péribonka (idem) (1945) : Bouton (02:53 min.)

Une danse écossaise (idem) 1946 :  Bouton (02:57 min.)

On pourra également entendre sa version du reel du pendu en consultant la page appropriée.

Et pour comparer :

Ronfleuse Gobeil - avec Willie Ringuette - 1927 : Bouton (02:49 min.)

 

Voir également à :

Musique traditionnelle du Canada Français

 

ou encore à :

 

Jean Carignan,

Tommy Duschesne,

Les frères Legris,

Isidore Soucy,

Mary Travers,

André Viau,

Tit-homme Caseault

 et Ti-mé Picard


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru