Université de Napierville

Crasibule et Pharice

Tragédie en cinq actes de Louis Marshall, dit Le Bègue


CP repré

 

Crasibule et Pharice en costume moderne

Théâtre ambulant de l'UdeNap - circa 1908

(Cliquez pour agrandir)


Cette tragédie a été présentée pour la première fois le 20 mars 1671 au Théâtre de la Paix.

Entreparleurs :

 

Crasibule et Pharice, généraux romains, fils de

Junie, veuve de Manipule et épouse, en secondes noces, de 

Perfidus, le roi de Rome, père d e:

Elssenva et de 

Tharamène, promises en mariage à Crasibule et Pharice

Bob, le confident de Crasibule

Phenicia, confidente d'Elssenva

Oscar, confident de Pharice

Rutila, confidente de Tharamène

Antiochus, conseiller du roi.

 

Quelques servantes, des gardes et un ambassadeur.

 

La scène est à Rome.

Argument :

 

De retour de Sicile, Crasibule et Pharice, fidèles à Marshallus le Conquérant, sont confrontés au mouvement populaire qui veut en faire l'empereur des romains à la place de Perfidus. - Ce dernier, conseillé par Antiochus, décide de faire assassiner son rival. - Crasibule a vent du complot en surprenant une conversation entre Tharamène et sa confidente. Il essaie en vain de convaincre son frère qui veut continuer d'appuyer l'époux de leur mère mais une autre conversation, entre Elssenva et sa confidente apprend à Pharice que Perfidus a également fait assassiner leur père, Manipule...  

Crasibule et Pharice de Théodore Crapulet

Moins connue que la tragédie de Louis Marshall, le Crasibule et Pharice du poète Théodore Crapulet met en opposition ces deux frères en ajoutant un intrigant et une intrigante : Curus pour Crasibule et Oreste pour Pharice.

 

On pourra entendre - en cliquant sur la note qui suit - un extrait de cette pièce (la première scène de l'acte un) par les comédiens Jean Hervé (Crasibule) et Robert Viladin (Curus) (enregistré le 9 juin 1950 dans les studios de l'UdeNap à Crémaillère-sur-Patin, Var) :

 

Curus, de retour de Madice, se rapporte à Crasibule  : bouton musique (*)

Jean Hervé fut, on s'en souviendra, le François Joseph Talma du Destin fabuleux de Désirée Clarisse de Sacha Guitry (1942). - Quant à Robert Viladin, on l'aura vu dans Le Bossu de René Sti (1934), Le bébé de l'escadron du même (1935) et puis, par la suite, en juge du tribunal dans Les bonnes causes de Chrtistian-Jaque (1962).

 

 

CP Valadin

«Et maintenant parlons un peu d'une autre affaire...»

(Jean Viladin, à gauche, en Curus et Jean Talma, à droite, en Crasibule)

 

***

 

(*) Merci à Monsieur Roger Perthuis, de Paris (6e), pour ce rarissime document.

 

Retour à Crasibule et Pharice

 

ou voir à :

 

Louis Marshall dit «le bègue»

 

ou encore :

 

Titonius Andronicus

 

ou même :

 

Rogent-le-Retrou (Jean de Rotrou)

 

et puis à :

 

Warwick


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru