Université de Napierville

Routes culturelles


(une chronique d'Hermningilde Prec)


Nous tions tous l, hier midi [le 26 janvier 1993], au Bar *** sur la rue Saint-Denis, en face du Thtre qui porte le mme nom : le Professeur Marshall (de l'Université de Napierville), Alcide Slow Drag Pavageau, Madame Fawzi Malhasti, la potesse de renom, et celui qui a l'honneur de signer ces modestes lignes.

Notre ami tous semblait fort proccup.

Nous lui demandmes ce qui pouvait le rendre si perplexe, lui, et je crois mme que ce fut Monsieur Pavageau qui lui demanda, justement, si a n'avait pas affaire avec la vhiculation des automobiles en banlieue.

Banlieue ? dit un quidam accoud prs de la caisse enregistreuse et qu'on reconnu tout de suite tre un membre de la Gendarmerie Royale du Canada ( son turban.)

- Quoi ? Ca vous intresse ? demanda le titulaire
de la Chaire de Sismologie applique de l'Université de Napierville.

- Si a m'intresse ? Naturellement. J'habite Chteauguay, c'est tout dire.

Je m'immisai dans la conversation en dfilant (partiellement) la liste des inventions, suggestions et autres penses philosophiques du Professeur en rapport avec le transposrt jusqu' ce dernier
m'interrompit :

- Tout a, me dit-il, c'est du pass : l'avenir est la lenteur.

- Lenteur ! expira Alcide qui failli, du mme coup, renverser son Chablis-Chocolat.

- Exactement.

- Mais expliquez-vous.

- Il faut, dans la vie, mon cher Hemningilde, combiner tout ce qu'on peut. J'ai dj parl ici de cyclo-bowling, d'hockey-boxe et de recyclage-de-confettis-funrailles, laissez-moi, ce midi, vous parlez de culturo-transport.

- Culturo-trans...

- Culturo-transport. C'est une chose qui m'est venue l'esprit, l'autre jour, en coutant une mission de danse sociale la CNAP.

- A la CNAP...

- Il y avait l un commentateur de Saint-leuthre, je crois, qui parlait de l'influence cubaine dans la danse moderne et j'ai pens que si on pouvait tre influenc par les Cubains -- mme distance -- lorsqu'il s'agissait de pas dansants, qu'on pouvait tout aussi bien apprendre le latin ou le grec tout en consuisant son vhicule.

- Je ne sais pas pour le grec, dit Madame Malhasti, mais pour le latin, je suis oblige de vous donner raison.

- Le matin, en quittant son chez soi, continua notre ami tous, on insrerait dans sa radio une cassette de pomes de Juvnal et en entrant au bureau, on pourrait facilement citer plusieurs vers de ce pote dlicat.

- a ferait tout un effet, ajouta Alcide.

- Mme qu'on pourrait apprendre vos textes par coeur et les citer rgulirement, ajoutais-je finement.

- Mais... questionna le policier en civil cit ci-dessus... il faudrait y mettre tout son temps.

- Justement, termina le Professeur, plus on aura du temps, plus on apprendra.

- Et vous suggrer ?

- La dmolition des ponts existants, des dtours pour contourner les rserves et des lenteurs admnistratives comme on en a jamais connues.


Voir galement : Robert Marshall

 


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru