Université de Napierville

Fatima (la prière et le secret)


Le pape et Soeur Lucie

D'abord et avant tout, la prière

(Prière dite «de Fatima», «un chef-d'oeuvre de concision, d'abnégation et de charité» [*])

«Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés,
  préservez-nous du feu de l'enfer,
  et conduisez toutes les âmes au Ciel,
  nous vous prions spécialement pour celles
  qui ont le plus besoin de votre miséricorde.»

[*] Dixit : Colin Farrell, spéologue.
 

Ensuite l'hitorique :

Les faits à l'origine de l'actuel sanctuaire de Fatima sont trop connus pour être repris ici :

Le 13 mai 1917, trois enfants faisaient paître un petit troupeau, à la Cova da Iria paroisse de Fatima une commune de Vila Nova de Ourem, aujourd'hui diocèse de Leiria Fatima, au Portugal. C'étaient : Lucie [de Jésus] âgée de 10 ans, François et Jacinthe, ses cousins, âgés de 9 et 7 ans. Un jour vers midi, après avoir récité le chapelet, comme ils le faisaient habituellement, ils virent une lumière brillante qui ressemblait à un éclair et, au sommet d'un  chêne vert une «dame, plus brillante que le soleil» qui tenait dans ses mains un chapelet blanc. 

La Dame leur dit de revenir le 13 de chaque mois à la même heure durant cinq mois consécutifs. Ce qu'ils firent.

A la dernière apparition, celle du 13 octobre, ils amenèrent avec eux environ 70 000 personnes et ils apprirent que cette Dame était la «Dame du Rosaire».

La dame leur dévoila trois secrets dont le dernier fut tenu... secret... jusqu'au 27 décembre 1995 au moment où Mgr Balducci le dévoila au cours du journal de 20 heures sur France 2 :

Le premier et le deuxième secret de Fatima :

En réalité, il ne s'agissait pas de trois secrets ni d'un véritable secret  mais d'un message en trois parties dont la troisième ne fut dévoilée, comme nous venons de le souligner, que 78 ans plus tard, le Saint Siège ayant jugé prudent, dès 1917, de ne pas en dévoiler le contenu pour ne pas affoler la population du temps. - D'où ce vocable de «secret» qui finira par s'appliquer au message tout entier puis, à cause de ses trois parties, à chacune de ces parties.

En voici les deux premières, divulguées lorsque Lucie en eut communiqué le contenu :

Ainsi parla Lucie :

«La première [partie] fut la vision de l'Enfer. Notre-Dame nous montra une grande mer de feu, qui paraissait se trouver sous la terre et, plongés dans ce feu, les démons et les âmes, comme s'ils étaient des braises transparentes, noires ou bronzées, avec une forme humaine. Ils flottaient dans cet incendie, soulevés par les flammes, qui sortaient d'eux-mêmes, avec des nuages de fumée. Ils retombaient de tous côtés, comme les étincelles retombent dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, avec des cris et des gémissements de douleur et de désespoir qui horrifiaient et faisaient trembler de frayeur. Les démons se distinguaient par leurs formes horribles et dégoûtantes d'animaux épouvantables et inconnus, mais transparents et noirs. Cette vision dura un moment, grâce à notre bonne Mère du Ciel qui auparavant nous avait prévenus, nous promettant de nous emmener au Ciel (à la première apparition). Autrement, je crois que nous serions morts d'épouvante et de peur.

Ensuite
[deuxième partie] nous levâmes les yeux vers Notre-Dame, qui nous dit avec bonté et tristesse : "Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur immaculé. Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes seront sauvées et on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l'on ne cesse d'offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI [1] en commencera une autre pire encore. Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne, qu'Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l'Église et le Saint-Père. Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Coeur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites. À la fin, mon Coeur immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera concédé au monde un certain temps de paix."»

Le troisième secret de Fatima :

Ensuite Lucie dit :

«Après les deux parties que j'ai déjà exposées, nous avons vu sur le côté gauche de Notre-Dame, un peu plus en hauteur, un Ange avec une épée de feu dans la main gauche ; elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde ; mais elles s'éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de lui ; l'Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d'une voix forte : «Pénitence ! Pénitence ! Pénitence !» Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant un Évêque vêtu de Blanc, nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père. 

(Nous vîmes) divers autres évêques, prêtres, religieux et religieuses monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s'ils étaient en chêne-liège avec leur écorce ; avant d'y arriver, le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d'un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu'il trouvait sur son chemin ; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches; et de la même manière moururent les uns après les autres les évêques, les prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes. 

Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des Martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s'approchaient de Dieu.»

fatima_children.jpg (42061 bytes)

Lucie, François et Jacinthe

(Cliquez pour agrandir)

 

FIN
 


Lucie, François et Jacinthe

Lucie de Jésus

C'est la meneuse du groupe. Elle est née le 22 mars 1907 à Aljustrel, paroisse de Fátima. - Une fois les clameurs de ses déclarations tues, elle entra, le 17 juillet 1921, à 1'hospice de Vilar (à Porto), dirigé par les Religieuses de Ste Dorothée. Elle alla ensuite à Tuy où elle prit l'habit, sous le nom de Marie Lucie des Douleurs (Maria Lucia etc.). Elle prononça ses voeux temporaires le 3 octobre 1928 puis ses voeux perpétuels le 3 octobre 1934. Le 24 mars 1948 elle entre au Carmel de Ste Thérèse sous le nom de Soeur Marie Lucie du Coeur Immaculé pour re-prononcer solennellement ses voeux le 31 mai 1949.

Lucie est revenue plusieurs fois à Fatima : en 1946, en 1967, en 1981 (pour diriger  un travail pictural au sujet des apparitions), en 1982 puis en 1991.

Elle mourut, âgée de 97 ans, le 13 février 2005.

François Marto

Il est né le 11 juin 1908 à Aljustrel et y est mort le 4 avril 1919. Son corps repose présentement en la Basilique de la Cova da Iria.

Jacinthe Marto

Elle est née à Aljustrel le 11 mars 1910 et est morte le 20 février 1920 à 1'hôpital D. Estefânia à Lisbonne. Son corps repose également en la Basilique de la Cova da Iria.


[1] Le pape Pie XI mourut quelques mois avant le début de la Deuxième Grande Guerre.

 


Pour plus de renseignements sur les Marshall du Portugal, se référer aux Marshall de Lisbonne.

Voir également à Papes

Ou encore à Gide (famille)

 


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru