Guy Paquin

Fin collaborateur de l'UdeNap, Monsieur Guy Paquin est né aux Trois-Rivières à la fin des années quarante (ou au début des années cinquante) et il a fait des études.

Ses connaissances plus que certaines en histoire, ses sévères mais toujours impartiaux jugements, ses interprétations de certains passages de la Bible, son approche plus scientifique que littéraire, nous ont été, depuis le début, d'un précieux secours. 

Journaliste à l'emploi de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin (et d'Esch-sur-Sûre), Monsieur Paquin est également spécialiste dans le planning, la coordination et l'idéation de valeurs conceptuelles et stratégiques.

C'est dans ce spécialisé créneau que nous retenons depuis plusieurs années ses services pour mettre en place des mécanismes d'optimisation d'objectifs tout en assurant une certaine continuité dans le développement d'idées nouvelles, susceptibles de générer des retombées associatives selon des plans bien établis.

Ses plans quinquennaux, réalisables en trois ans, disait récemment le Professeur Marshall, sont de pures merveilles.

Noterons-nous au passage qu'il a été l'un des  premiers récipiendaires de l'Ordre de la Collaboration de l'Université de Napierville et que, depuis le mois de décembre 2001, il est le récipiendaire d'un doctorat honorifique de la même université ? - Nous le noterons :

Il a, en effet, reçu ce prix suite à un article publié le 3 août de l'an 2000 (dans le supplément du vespéral quotidien précité) en rapport avec la lutte que menait alors  l'Institut de Pointe-aux-Trembles contre la sur-utilisation des hiatus, tant dans les communiqués officiels que dans la correspondance inter-départementale de la Ville de Coaticook.

Également inventeur de l'ornithologie sous-marine (son scaphandre au sphincter filtreur a été noté de façon favorable dans les rapports de la British Society of Something), chimiste à ses heures ("Breadcrums and their interaction with barley soup" - Presses de l'UdeNap - 1991) et fin observateur d'hippocampes, Monsieur Paquin rédige présentement une biographie de Frontenac (Voir à [Histoire de] Napierville) dans laquelle il essaie de démontrer que William Shakespeare, malgré sa bonne volonté, n'a jamais su vanter adéquatement les bienfaits du colonialisme.

À sa demande, nous joignons ici une photo d'Adolphe Menjou  et une de Roy Orbison.


Retour, si vous êtes venu par là, à : La Société de Plantation de Ville-Émard

Sinon, voir à : Robert Desnos

Ou encore à : l'Intransigeant de Coaticook


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru