Akhenaton (Aménophis IV)

D'importantes recherches entreprises depuis 1994 (1) ont débouché sur la possibilité que le très regretté Abraham, patriarche entre tous, soit né "Aménophis IV" et que son descendant, le non moins regretté Moïse, ait été le premier pharaon monothéiste de l'Égypte. Ces recherches précisent, en outre, que c'est avec ses fidèles - qui se seraient renommés eux-mêmes "hébreux" (mot chamito-sémitique signifiant "israélite") - que ce Moïse aurait quitté son pays d'origine pour se rendre au pays de Canaan, pourfendant les eaux de la mer Rouge, gravissant le Sinaï, recevant d'un buisson ardent des tablettes où auraient été inscrits dix commandements, etc., etc.

Aussi plausibles que soient ces affirmations, la prudence voudrait qu'on les considère, jusqu'à leur confirmation, spéculatives :

Les manuscrits de la mer Morte auxquels cMarshall le Grand a contribué et dont une copie authentique se trouve en la bibliothèque de l'Université de Napierville, en effet, ne nous renseignent guère à leur propos.

Par contre, l'égyptologue Maurice "Two Tank" Marshallakis du Département des Études Anciennes de la Nouvelle Université du Caire Ancien (en Vendée) (DEANUCA) soutient que, compte tenu de l'importance de ce personnage (ce qui n'enlève rien à son frère Aaron et son successeur Josué (2)), il est normal que l'on veuille l'associer (voir à Ur) aux Marshall de l'époque mais le Professeur  a voulu lui-même mettre en garde tous ceux qui auraient des velléités en ce sens, en soulignant, dans une récente conférence devant l'Association des Ramoneurs Manchots de Lots-Renversés, qu'en ancien égyptien "Marshall" signifiait "personne" et non "tout le monde".

La Vatfair-Fair Foundation for the Advancement of Ancient History se penche depuis juin 1996, sur cette mystérieuse affaire.


(1)"Ils y ont mis du temps", faisait remarquer, en 1995, Alcide "Slow Drag" Pavageau au Bar***, sur la rue Saint-Denis, en face du Théâtre qui porte le même nom.

(2) Admirablement interprétés, le premier, par John Carradine et, le second, par John Derek dans "Les Dix Commandements" de Cecil B. de Mille (1956), aux côtés de Charlton Heston (Moïse), Yul Brynner (Rameses)(3), Anne Baxter (Nefretiri)(3), Edward J. Robinson (Dathan), Yvonne De Carlo (Sephora) et Sir Cedric Hardwicke (Sethi) - sans oublier Vincent Price dans le rôle de Baka.

(3) Plusieurs - ils étaient trois - lecteurs nous ont fait remarquer que "Rameses" s'écrivait "Ramsès" et "Nefretiri", "Néfertiti". - Dans la vraie vie sans doute mais il s'agit ici ("Les Dix Commandements") d'un film où les noms des personnages ont été légèrement modifiés pour protéger la réputation de certains. - Historiquement, Néfertiti (la vraie) fut l'épouse de notre Akhenaton et donc trop avancée en âge, si elle avait été encore vivante, pour être la Nefretiri de ce film. Quant au Ramsès, le vrai, celui du temps de Moïse, c'était Ramsès II et selon les photos de l'époque, il ne ressemblait en rien à ce Yul Brynner. - Voir à Films primés (Festival du Cinéma de Napierville).


Retour, si vous êtes venu par là, à : Toutankhamon

Sinon, voir à : Frères Legris

Ou encore à : Joseph Cotten

accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru