Extraits sonores - 7

À chacune de ses éditions, Le Castor™, l'organe officiel de l'Université de Napierville, joint un document sonore susceptible d'intéresser ses lecteurs. - Pour en faciliter l'accès, ces documents ont été regroupés par tranches de cinquante (ou à peu près), classés en ordre de diffusion, du plus récent au moins récent.

Les enregistrements contenus dans la présente page correspondent à ceux qui ont été diffusés depuis le 1er décembre 2014 ou à partir du numéro 301.

Pour la série précédente, cliquez ICI.

Voir également à : Copyrights.

Merci pour vos commentaires et suggestions.

- Responsable : Paul Dubé


346-2018-08-06

346ième enregistrements et pas encore de Leclerc !

Il y a de ces lapsus qui ne s'expliquent pas.

Remédions, remédions.

Facile, vous allez me dire : «T'as qu'a faire tourner un de ses versions de "Moi mes souliers" ou du "P'tit bonheur"...» - C'est une idée, mais j'ai mieux :

Une chanson écrite par lui, mais qu'il n'a jamais endisquée parce qu'elle a été écrite pour une femme, et pas n'importe laquelle : Monique Leyrac, Celle qui a fait vibrer les coeurs des Québécois au cours des années soixante et soixante-dix.

La voici, chantant «Femmes d'autrefois et d'aujourd'hui» :

Cliquer sur la note : Second

paul

***

345-2018-07-02

Charles Trenet

Pour ceux qui n'ont pas l'occasion d'écouter notre émission sur la chanson française sur les ondes de radiophile.ca (Anthologie de la chanson française - tous les lundis à 09h00 a.m. - http://radiophile.ca/ - Voir l'adresse pour nos podcasts à la fin), voici une chanson du plus grand des grands auteurs-compositeurs-interprètes de langue française du XXe siècle qui, exceptionnellement, pour la chanter a pris son accent de Narbonne :

À la porte du garage

Aux environs des belles années mille neuf cent dix 
Lorsque le monde découvrait l'automobile 
Une pauvre femme abandonnée avec ses fils 
Par son mari qui s'était enfui à la ville 
Dans une superbe Panhard et Levassor 
Qu'il conduisait en plein essor 
Lui écrivait ces mots d'espoir 
En pensant que peut-être un soir 
Il reviendrait tout comme avant 
Au lieu de partir dans le vent

Refrain :

 Je t'attendrai à la porte du garage 
Tu paraîtras dans ta superbe auto 
Il fera nuit mais avec l'éclairage 
On pourra voir jusqu'au flanc du coteau 
Nous partirons sur la route de Narbonne 

Toute la nuit le moteur vrombira 
Et nous verrons les tours de Carcassonne 
Se profiler à l'horizon de Barbeira 

Le lendemain toutes ces randonnées 
Nous conduiront peut-être à Montauban 
Et pour finir cette belle journée 
Nous irons nous asseoir sur un banc 

L'époux volage hélas ne revint pas si tôt 
Escamoté par son nuage de poussière 
Courant partout : Nice-Paris, Paris-Bordeaux 
Sans se soucier de sa famille dans l'ornière 
Il courut ainsi pendant plus de quarante ans 
Et puis un jour, tout repentant 
Il revint voir sa belle d'antan 
Qui avait appris à ses enfants 
Ce refrain que les larmes aux yeux 
Ils répétaient aux deux bons vieux 

Ah quel bonheur à la porte du garage 
Quand tu parus dans ta superbe auto 
Il faisait nuit mais avec l'éclairage 
On pouvait voir jusqu'au flanc du coteau 
Demain, demain sur la route de Narbonne 
Tout comme jadis heureux tu conduiras 
Et nous verrons les tours de Carcassonne 
Se profiler à l'horizon de Barbeira 
Pour terminer ce voyage de poète 
Et pour fêter ce retour du passé 
Nous te suivrons tous deux à bicyclette 
En freinant bien pour ne pas te dépasser 
En freinant bien pour ne pas te dépasser.

Charles Trenet

Cliquez sur la note : Second

 


Pour la série précédente, cliquez : ICI.

Mais : Si vous êtes venu par là, retour à : Aceto

Sinon, voir à : la S.B.E.C.M.A.N.

Ou encore à : "Snake and Ladders"


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru