Le seul hebdomadaire de la région publié une fois par mois

Numéro hors-série

             

Romans policiers

Une série de chroniques de

Copernique Marshall

(Pour une introduction à cette série, cliquez ICI.)

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

V - Ross Macdonald

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Qui fut Ross Macdonald ?

Ross Macdonald, pseudonyme de Kenneth Millard, est un écrivain américain d'origine canadienne né à Los Gatos en Californie le 13 décembre 1915. Ses parents s'étant séparés, il se retrouva seul avec sa mère à Kitchener, Ontario, à l'âge de trois ans où il est mis en pension, entre autres, chez ses grands-parents et autres membres de la famille de sa mère, ayant à un certain moment donné été presque confié à un orphelinat. 

Ses études, il est fait au Canada notamment à l'University of Western Ontario (London) et à l'University of Michigan avant de joindre l'US Naval Reserve en 1939.

Écrivain à la pige (Pulp Magazines), il rédige quatre romans sans conséquence de 1943 à 1946, année où il crée son personnage le plus connu, Lew Archer dans un conte intitulé «Find a Woman».

Ce conte sera suivi de dix-huit romans parus entre 1949 et 1976, de plusieurs adaptations cinématogtaphiques dont les plus célèbre sont «The Moving Target» (1966) dans lequel Lew Archer est personnifié sous le nom de Lew Harper par Paul Newman (film mettant également en vedette Laureen Bacall et Janet Leigh) et The Drowning Pool (1975), toujours avec Paul Newman, mais avec, en co-vedette Joanne Woodward.

À l'écran, Lew Archer a également été interpété par Brian Keith et Peter Graves.

Ross Macdonald est décédé en 1983.

Pour de plus amples renseignements, consultez la page (en français) qui lui est dédiée sur Wikipedia :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Ross_Macdonald.

De Dashiel Hammett à Raymond Chandler 
et de Raymond Chandler à Ross Macdonald

ou :

De Sam Spade à Philip Marlowe 
et de Philip Marlowe à Lew Archer

L'important dans ces trois détectives-enquêteurs n'est pas de savoir qui fut fut le meilleur enquêteur, le plus asticieux, le plus intelligent ou celui qui a connu les aventures les plus intéressantes. L'important, c'est de constater qu'au fur et à mesure que ces personnages se développent, ils deviennent, de Sam Spade à Philip Marlowe, plus importants que les mondes dans lesquels ils évoluent : Marlowe étant plus enclins à prendre des décisions basées sur sce qui lui semble plus juste, plus équitable, presque d'ordre moral, devenant ainsi une personnalité avec qui un lecteur peut s'identifier.

Ajouter à cela, un style plus littéraire (chez Chandler) que celui d'un simple rapport d'enquête (chez Hammett).

Dans le cas de Lew Archer, on se retrouve dans un univers beaucoup plus complexe où les personnages ne sont plus tout simplement honnêtes ou malhonnêtes, redresseurs de tort ou non, du côté de la justice ou pas. Chacun est beaucoup plus qu'un simple jouet du sort, une conséquence de l'existence, de l'environnement, du climat dans lequel il évolue :  directement ou indirectement, il ou elle est responsable de ses actes, agit selon sa personalité et, de ce fait, fait partie intégrante de l'action. Lew Archer lui-même ne fait pas que regarder ce qui se déroule sous ses yeux mais y participe.

(Nous reviendrons plus tard sur ceux qui ont incarné Sam Spade ou Philip Marlowe à l'écran et qui, de ce fait, par leur propre personnalité, ont ajouté aux personnage de Chandler ou Hammett une dimension qui n'existe pas nécéssairement dans les romans de l'un ou l'autre.)

Pour en comprendre l'essence, rien de mieux que de lire la lettre que Macdonald adressa à son éditeur qui lui reprocha de ne pas écrire «à la façon» de Chandler. Chandler qui, au début des années cinquante, était l'écrivain de romans policiers le plus lus, notamment aux États-Unis :

Annexes

En premier lieu, on trouvera ci-joint une lettre de Chandler à James Sandoe, critique littéraire au New York Herald Tribune en avil 1949 et qui donnera une idée du comment et pourquoi Macdonald n'est pas, à son avis, un écrivain de vrais «policiers» :

1 - (annexe 3) cette lettre en version originelle anglaise

2 - (annexe 3a) la même traduite approximativement en français.

Puis immédiatement après, la lettre que Macdonald adressa à son éditeur :

3 -(annexe 4) De Macdonald à Alfred A. Knopf, son éditeur

4 - (annexe 4a) la même  résumée en français

*

Dans notre prochain volet, nous verrons comment, du fait des énoncés contenus dans ce dernier document contribua à créer le premier des enquêteurs privés américains tels qu'on les connaît aujourd'hui.

Copernique

______________________________________________________________

Pour retourner à l'édition courante du Castor™, cliquez ICI