Le seul hebdomadaire de la région publié une fois par mois

        Le mot de Maude


Le samedi 12 juin 2021

  • Introduction

  • Remerciements

  • Le site de l'UdeNap

  • Où nous en sommes dans la révision du site

  • À long terme


Introduction :

Je ne saurais trop insister auprès de ceux qui le découvrent, souvent par hasard, et à ceux qui ne le fréquentent que pour lire son hebdomadaire, que ce site, celui de l'Université de Napierville :

  • en est à sa vingt-et unième année

  • qu'il est modifié (ajouts, corrections, etc.) en permanence

  • que son but a été énoncé clairement dès son ouverture

  • et que sa structure initiale, un peu déroutante pour les non-initiés, demeure toujours la seule valable pour atteindre ce but.

Ceci est en réponse à ceux qui n'y voient qu'un fouillis indescriptible.

Pour de plus amples informations, la direction tient à attirer l'attention de tous ses lecteur sur la page suivante, publiée jusqu'à tout récemment sous le titre d'«Ailleurs» : 

Un monde à découvrir

Le contenu de cette page servira à comprendre certains des détails qui suivent.

Mais, auparavant :

Remerciements :

Considérant l'aide que j'ai reçu jusqu'à présent dans l'exécution du travail qu'on m'a confié, celui de «mettre à jour» le contenu de ce site, je voudrais remercier les dirigeants et tout le personnel de l'Université de Napierville, ses chroniqueurs du Castor™ et tous ceux qui, de près ou de loin, sont impliqués dans son site (mise page, impression, conseillers en informatique, etc.) de leur extrordinaire dévouement.

Un grand merci en particulier au Professeur Marshall qui, comme d'habitude, tient à rester à l'écart de toutes références à sa personne, mais qui a été et sera toujours considéré comme le cerveau-phare à l'origine de cet unique entreprise.

Et un deuxième grand remerciement à son secrétaire, Herméningilde Pérec, dont la mémoire encyclopédique a beaucoup contribué aux résultats auxquels nous en sommes arrivés aujourd'hui et qui n'est qu'un premier pas dans un travail dont les résultats ne seront évidents qu'à sa toute fin.

Qu'on me permette également de souligner, mais discrètement, les encouragements que m'a formulés le doyen des chroniqueurs devant ce qui m'a paru une tâche insurmontable.

Le site de l'UdeNap :

Le site de l'UdeNap est, comme il est décrit dans la page mentionnée ci-dessus, véritablement un «écheveau de fil brouillé par un chat» (Victor Hugo), mais un chat d'une cohérence très particulière, une cohérence qui empêche litéralement une révision ou une mise à jour page par page ou document par document. 

Et c'est là où le travail qu'on m'a demandé (de le mettre à jour - explications données ci-après) qui m'apparaissait au départ relativement simple (une question de codage) est devenu d'une grande complexité car une correction mineure dans une page - j'ai réalisé quand je me suis mis à la tâche - pouvait, dans certains cas, entrainer des répercussions majeures dans une autre et même plusieurs autres.

Ainsi :

Dans un précédent message, j'ai mentionné deux pages :

Simone de Beauvoir  

et 

Ludwig von Köchel (*)

(*) Merci à la dame qui m'a écrit pour me dire qu'à avoir à les classer, sa solution serait de démissioner. Elle m'a bien fait rire !

J'aurais pu en mentionner vingt, trente, cent. 

Ceux qui les ont consultées ont dû, comme moi, ne pas comprendre comment, à partir d'elles, leur attention a été dirigée vers un comédien relativement peu connu et une équation algébrique (qui ne fonctionne que deux fois sur trois !) sans trop deviner qu'elles n'étaient que des amorces vers d'autres pages, plus complexes, mais qui rendaient accessibles des informations qu'il éait impossible d'insérer, même en filigrane ou entre les lignes des deux premières qui elles répondaient à d'autres qui les précédaient dans d' autres domaines.

N'ayant pas participé à la création de ces deux pages, ni d'aucune des pages du site tout entier, on peut comprendre mon désarroi initial ne serait-ce que lorsque j'ai eu à soumettre mes premières "corrections" qui n'allaient pas du tout dans le sens qu'on avait initialement prévu.

Depuis, j'ai appris.

J'ai appris, entre autres,que, dans son ensemble, le site de l'UdeNap est constitué (entre autres, encore une fois) de :

  • Plus de 4,000 textes divers

  • Quelque 7 à 8,00 photos (sans compter les clips, les documents sonores, dessins, sketchs, etc.)

  • Et, au dernier décompte, une dizaine de milliers de liens.

Or, c'est dans ces liens qui en est la partie la plus importante, que se pose la majeure partie des difficultés rencontrées à ce jour dans l'avancement de nos travaux.

Remarquez que je dis biens "nos" travaux car il ne se passe pas un jour sans que les resnseignements que me fournissent Messieurs Pérec, Copernique, Simon, Madame Malhasti (etc.) m'indiquent comment interpréter les pages que je "recodifie" avec l'innocence d'un enfant à qui on a confié de démêler  un «écheveau de fil brouillé par un chat»... intelligent.

Où nous en sommes dans la révision du site

Relativement avancés du moins en ce qui a trait aux gabarits (uniformisation du format des pages), mais deux problèmes majeurs noue empêchent de mettre à jour de nombreuses sections, si on peut parler de sections pour qualifier des pages qui ne peuvent être regroupés que par leurs provenances ou leurs liens vers d'autres similaires (ou pas du tout).

Au niveau "recodification", deux points majeurs : 

1 - Ce site a plus de vingt ans.

et

2 - Il a donc été construit avec différentes versions de l' HTML (Hyper Text Markup Language) ou, en français académique : le «langage de balisage conçu pour représenter les pages web». - En français compréhensible, on dirait : «la façon de coder des textes (des images, des enregistrements) de telle sorte à ce qu'ils peuvent être diffusés par Internet ou autrement et être redécodés dans leurs formes originelles».

Certaines tranformations ont, j'esprère, commencé à paraître ne serait-ce que dans Le Castor™ (l'organe officiel etc.). Vous avez dû noter la disparition, notamment dans l'édition courante (celle du début de juin) la disparition de la note de musique dans la chronique de Paul et son remplacement par un lien qui permet à la fois le contrôle de l'enregistrement auquel elle se référait et la possibilité d'écouter cet enregistrement sans que la page où il est inséré disparaisse.

Le même genre de transformation a été effectué au niveau des clips.

Invisibles sont les ajouts de sections communes (en marche).

Et ainsi de suite.

Quant aux liens, ils ont été modifiés temporairement dans les pages traitées jusqu'à présent , mais notés, ils seront remis en place lorsque l'ensemble aura été "recodifé" de façcon permanente.

Nous avons également supprimé tous les CSS (Cascading Style Sheets) pour éventuellement les remplacer.

Etc.

Pour le moment ne reste plus qu'à vous diriger vers certaines pages à partir desquelles vous pourrez explorer les autres faisant partie de groupes  sur lesquelles nous travaillons :

Les biographies ( 181 pages)

Vesta Tilley (avec un clip)

Edmundo Ros (avec plusieurs enregistrements)

Acquenetta (photos, listes, etc.)

Benot et Marcelle Brisebois (parodie)

etc.

(De chacune de ses pages, on peut passer à d'autres du même groupe [*])

[*] À noter que les liens pertinents sont temporaires.

Les lieux :

La ville d'Aceto en Italie

Le Caraguay, pays de l'Amérique du Sud

 Les enregistrements sonores : 

Voir à ce propos une page de Paul.

***

Merci de votre patience !

Maude


Retour à l'édition courante du Castor™