Point de vue

Marcel Proust  
Un point de vue personnel  
de
Paul Dubé  
(et Copernique Marshall)

--> Dernière révision :  15 mai 2022 <--


Pour l'Index, cliquer ICI.


Comment lire Proust ?

On ne lit pas Proust. On l'écoute. On ne lit pas Proust. On se laisse envoûter par lui. On ne lit pas Proust. On se lit soi-même.

Et c'est là la différence fondamentale entre un écrivain classique qui raconte son histoire ou l'histoire de quelqu'un d'autre en espérant que son lecteur en tirera un certain plaisir et même des informations, leçons, conseils  susceptibles de modifier sa pensée.

Proust n'est pas un écrivain qui nous parle de ses expériences ou de sa vie. Proust n'expose pas à la vue de tous ses prodigieuses connaissances ni, nous explique comment, par son intelligence et son talent, il a réussi à comprendre le sens de sa vie et qu'il tient à nous la décrire en trois mille pages.

Proust est tout simplement un verre grossissant, un développeur de clichés qui nous fait...

«... retrouver, ressaisir, connaître cette réalité loin de laquelle nous vivons, de laquelle nous nous écartons de plus en plus au fur et à mesure que prend plus d’épaisseur et d’imperméabilité la connaissance conventionnelle que nous lui substituons, cette réalité que nous risquerions fort de mourir sans l’avoir connue, et qui est tout simplement notre vie, la vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie, par conséquent, réellement vécue, cette vie qui, en un sens, habite à chaque instant chez tous les hommes aussi bien que chez l’artiste. Mais ils ne la voient pas, parce qu’ils ne cherchent pas à l’éclaircir. Et ainsi leur passé est encombré d’innombrables clichés qui restent inutiles parce que l’intelligence ne les a pas "développés" ...» 

(Le Temps retrouvé - Gallimard, Paris, 1946-47, p. 66 et 67)

... mais pas n'importe quels clichés mais les nôtres..

Vous vous souvenez de votre votre première joie ? Revivez-la à nouveau avec Proust. Non pas en tant que souvenir, mais comme si vous étiez encore là. 

Il en sera de même avec votre premier amour, votre première peine d'amour, votre premier jour à l'école, la journée où vous êtes monté à bicyclette pour la première fois ou le jour où vous avez entendu la première chanson qui vous a fait pleurer...

Et avec tous ces souvenirs, vous vous vous direz  :

«Peut-être est-ce le néant qui est le vrai et tout notre rêve est-il inexistant, mais alors nous sentons qu'il faudra que ces phrases musicales [cette petite chanson], ces notions qui existent par rapport à elle, ne soient rien non plus. Nous périrons, mais nous avons pour otages ces captives divines qui suivront notre chance. Et la mort avec elles a quelque chose de moins amer, de moins inglorieux, peut-être de moins probable

(Sw. 11, 182.)

Avouez que c'est plus consolant - et beaucoup plus encourageant - que tout ce que nous raconte... ailleurs.

***

Un exemple ?

Vous avez trouvé Un amour de Swann bien ordinaire ? - Attendez de lire  comment Proust vous expliquera sans même y revenir explicitement que vous l'avez mal lu... parce que vous l'avez lu sans son verre grossissant.

Vous vous souvenez de ce qu'on disait tout-à-l'heure à propos d'À la recherche, que c'était un livre dont l'architecture est comparable à celle d'une cathédrale où chaque pierre a sa place et son importance ?

En ce sens, Un amour de Swann, aussi banal (?) qu'il puisse paraître, est une pierre angulaire, mais ça, on ne s'en aperçoit pas tout de suite.

*

Et puis une autre
illustre, celle-là, car même les premiers lecteurs ne l'ont pas notée :

Lorsqu'au tout début de Du côté de chez Swann, le narrateur vit pour la première fois Gilberte, dans un champ près de Combray,  le monsieur habillé de coutil (qu'il ne connaissait pas et qui fixait sur lui des yeux "qui lui sortaient de la tête"), vous avez su, plus tard, qui c'était ?

***

Longtemps, Proust a hésité entre écrire une série d'essais où il expliquerait sa vision du monde et un récit-roman semi-autobiographique qui, petit à petit, avec divers exemples, indiquerait comment n'importe qui peut percer le mur qui nous empêche de voir notre propre réalité. - Et c'est après plusieurs tentatives qu'il a finalement compris que c'est par la description temporelle de l'existence qu'il y parviendrait et, par un effet heureux - passez-nous l'expression - du hasard, son roman a été publié sur une longue période qui lui a permis de le raffiner et de l'allonger (sic) au point où le lecteur qui en finira la lecture sera devenu, comme chacun de ses personnages, quelqu'un d'autre par rapport à celui qui l'aura débuté.

Car À la recherche du Temps perdu est, entre autres, un roman sur le Temps.

M'enfin... c'est ce que j'y ai lu.

Que sera-t-il pour son prochain lecteur ?

***

Une note :

Nous (c'est Paul Dubé et Copernique Marshall qui ont écrit cette note) avons eu beaucoup de discussions quant à la signification du verre grossissant mentionné ci-dessus ; nous avons eu d'autres quant à l'importance de la "mémoire involontaire" sur laquelle de nombreux critiques se sont penchés et sur laquelle Proust revient quatre ou cinq fois dans sa Recherche ; et encore d'autres sur ce que c'était que "revivre" son passé ; sur la partie imaginaire et la partie autobiographique d'À la recherche ; sur son prétendu but, sa signification profonde... pour en arriver à une seule et même conclusion :

Qu'À la recherche du Temps perdu n'est pas un livre à signification unique, parce que chacun de ses lecteurs ne lit que lui-même, y trouve des réponses aux questions différentes qu'il se pose par rapport à sa propre vie, ses propres expériences... son unique vécu.

La sagesse veut que l'on se méfie de ceux qui ont compris Proust car souvent ils ne parlent que d'eux-mêmes.

Un aparté :

La peinture a ceci de particulier par rapport à la littérature : elle est plus facile d'accès c'est-à-dire que, d'un seul coup d'oeil, on peut saisir l'ensemble d'un tableau, voir presque immédiatement la vision générale qu'un peintre a voulu nous transmettre : les côtés charitables ou autoritaires de l'humanité tels que vus par Franz Hals, les moments de Vermeer, les genres de Chardin, jusqu'aux impressions de Renoir ou aux merveilleux chaos de Jackson Pollock.

Une fois cette première prise de contact effectuée,  l'on peut ensuite passer aux détails, à la technique  utilisée par celui qui a peint un tableau et réaliser que le mauve des cheveux d'une femme, les profils où paraissent les deux yeux d'un visage, les assemblage et la juxtaposition de formes diverses ou la disparition complète d'un point de fuite sont des moyens dont le peintre s'est servi pour nous faire comprendre certains aspects de la réalité qui nous échappaient parce que nous les avions regardés trop souvent sans les observer.

La littérature procède à l'inverse. Elle nous présente par des phrases alignées les unes après les autres ces petits détails avec lesquels nous sommes en contact continuellement, mais auxquels nous n'attachons aucune importance jusqu'à ce que leur accumulation, dans un certain ordre ou désordre, débouche sur une vision globale ou une nouvelle façon de percevoir la réalité.

Ces deux arts, cependant, procède de la même façon  pour révéler ou nous faire connaître une nouvelle vision du monde c'est-à-dire nous faire réfléchir différemment : ils utilisent, surtout si cette connaissance ou cette vision est tout à fait nouvelle par rapport à ce que nous connaissons une ou des techniques qui seront forcément inaccoutumées, inhabituelles, innovatrices et c'est là où l'oeuvre de Proust déroute souvent ses lecteurs.

Le monde proustien, si l'on tient absolument à le résumer - une chose absurde en soi, mais qui a satisfait au moins UN lecteur : celui qui écrit ses notes -, a pour thème premier, le Temps. Or, pour décrire le temps, prendre connaissance des intermittences et de la discontinuité que le Temps  impose à la vie, ce Temps qui nous paraît constant et unidirectionnel et qui ne l'est pas, Proust a dû inventer une langue où chaque lecteur puisse être en mesure de comparer simultanément des événements qui se sont déroulés dans sa propre vie  à des années de distance et non seulement des événements eux-mêmes, mais des atmosphères dans lesquelles ils se sont produits, des impacts qu'ils ont eus à deux époques différentes de son existence et de la dissemblance qui existe entre ces expériences. Est-ce qu'on peut dire que Proust veut nous faire vivre et revivre simultanément notre présent et notre passé ? C'est ce qu'il nous dit à la toute fin de sa Recherche.

Ce qu'on peut ajouter, c'est que le monde proustien est également celui de l'art, cet art qui nous fait percevoir la vraie vie, la vie vraiment vécue et qui, sans cet art, demeure «une série de clichés non développés» tel que mentionné dans la citation ci-dessus.

Et le monde proustien est celui de la découverte des aspects cachés de son existence.

Proust, c'est, comme l'indiquait Maurois, une «révolution copernicienne à rebours» et cette révolution est semblable à celle que Copernique a tant eu de mal à faire accepter.

Chose certaine :

Si on pouvait résumer À la recherche en une centaine de lignes, une centaine de pages, il y a longtemps qu'on l'aurait fait.


Pour retourner à l'INDEX, cliquer ICI.


Autres liens

Pour l'édition courante du Castor™ de Napierville, cliquez ICI

Pour l'index général du site de l'UdeNap, cliquez ICI.