Extrait sonore - No. 1

Date de la première diffusion : 2005-01-17

Jelly Roll Morton
(And his Red Hot Peppers)

Tank Town Bump
Musique et arrangement de Jelly Roll Morton
(1929)


Né Ferdinand Joseph LaMothe, dans le faubourg Marigny de [la ville de] Nouvelle-Orléans, le 20 septembre 1885 (ou le 20 octobre 1890 ou encore le 13 septembre 1884 ou même le 20 septembre 1889) et décédé à Los Angeles le 10 juillet 1941, Jelly Roll Morton s'est auto-proclamé non pas «créateur DE jazz», mais «créateur DU jazz» dès le début des années vingt, au moment où le mot «jazz» (à l'origine «jass») commençait à être connu comme une forme musicale à part entière.

Certains historiens commencent à lui donner partiellement raison. Non pas qu'il fut l'inventeur ni le premier à être un des interprètes de cette «nouvelle» musique, mais parce qu'il fut celui qui, d'une musique diffuse, syncopée, issue en partie du ragtime, du Stomp n' Swing et d'autres formes rythmées comme le Cake Walk, il lui a apporté un style plus aérée ouvrant la porte aux improvisations tout en insérant ces improvisations à l'intérieur d'«arrangements» (géréralement accentués par des breaks) qui donnèrent naissance aux Big Bands des années trente et quarante.

Mettons qu'il fut un innovateur et qu'il a eu beaucoup d'influence sur la musique américaine des années 20.

Ses premières pièces musicales axées autour du ragtime à l'instar de Scott Joplin, James Scott et d'autres, mais amendées à la Jelly Roll,  il les publia dès 1915, ce qui fut de lui un musicien unique en son genre.

(Existe de lui, une partition et même un enregistrement de Maple Leaf Rag, la pièce la plus connue de Scott Joplin, où l'on peut lire et entendre ce que fut une rag amendée à la Jelly Roll. - Nous y reviendrons éventuellement.)

On lui doit plusieurs enregistrements sous la forme de rouleaux pour pianos mécaniques ou pneumatique, plusieurs 78t de solos de piano et plus d'une centaine de disques à la tête de divers orchestres dont les plus intéressants datent de 1926 à 1929 qu'il endisqua pour la firme Victor dont le Tank Town Blues mentionné ci-dessus, enregistré le 7 septembre 1929  en compagnie de :

(Les noms varient selon les sources - ceux en gras, en provenance du Discography of American Historical Recordings,  semblent les plus plausibles.)

  • Barney Alexander au banjo, 

  • George Baquet et/ou Barney Bigard à la clarinette, 

  • Paul Barnes au saxophone soprano, 

  • Arville Harris ou WalterThomas au saxophone alto,

  • Joe Thomas, au saxophone tenor 

  • Charlie Irvis (Harry Prather ?), au tuba, 

  • Boyd "Red" Rosser et David Richards ou peut-être Bernie Young au cornet,

  • Charlie Irvis, au trombonne

  • William Laws à la batterie

      et, naturellement,

  • Jelly Roll Morton au piano.


Disque Victor - Numéro V-38075-B (Matrice No. BVE-49459) :

 

Jelly Roll Morton Tank Town Bump :   


Notes supplémentaires :

On en apprendra plus sur le personnage très coloré que fut Jelly Roll Morton en lisant la page qui lui est consacrée (en français) sur Wikipédia : Jelly Roll Morton

On notera en particulier un coffret de cinq disques contenant à peu près tous les enregistrements de Morton, de 1926 à 1930, paru chez chez JSP Records à Londres en l'an 2000.

paul - juin 2021


Liens : 

Pour l'édition courante du Castor™ de Napierville, cliquez ICI

Pour revenir à notre page initiale, cliquez ICI .

Pour passer à l'enregistrement précédent, cliquez ICI (n/a)

Pour passer à l'enregistrement suivant, cliquez ICI.

Vers d'autres enregistrements :

 

© - Université de Napierville - Les auteurs et ayants-droits respectifs
(Lorsque non du domaine public)
(cités en conformité avec la loi canadienne sur le droit d'auteur)

2021-06-20