Université de Napierville

Photius ou Photios


Photius mis en jugement - «Chronique de Skylitzès» (XIVe s.)
( Bibliothèque Nationale - Madrid)



«Photius, oh Photius ! Ton nom aurait dû se lire Fastidius !»

Quelques regards sur la pensée parallèle des moines          
contestataires de Moravie lors du Grand Schisme d'Orient.

.

(A. Talon et M. Regnier - Dargaud, 1964).

.

Issu d'une grande famille alliée à la famille impériale byzantine, Photius ou Photios, né à Constantinople en 820 et décédé au même endroit en 895, fut d'abord professeur puis secrétaire d'un des grands personnages de la cour de Michel III dit l'Ivrogne (838 - 867, empereur byzantin de 842 à 867).

En 858, il fut désigné par le régent Bardas pour remplacer le patriarche Ignace (qui venait de l'excommunier) sur le siège de Constantinople. - Au Concile qui eut lieu dans cette même ville, trois ans plus tard, les légats du pape (Nicolas Ier) ratifièrent cette nomination mais, au Concile de Rome, deux ans plus tard, Nicolas Ier désapprouva leur décision. - Appuyé par le nouveau basileus, l'Empereur Michel III dit l'Ivrogne, toujours sous l'influence de Bardas, Photius réagit en envoyant les futurs saints Cyrille et Méthode évangéliser la Moravie (en 863) puis, ayant derrière lui l'appui de de l'épiscopat grec, il fit excommunier Nicolas Ier lors d'un Concile tenu à Constantinople (encore une fois) en 866.

Lorsque mourut Michel III, en 867, peu après l'assassinat de Bardas, en 866, son successeur, Basile Ier, fit déposer Photius et le remplaça à nouveau par Ignace qui, contre toutes attentes poursuivit l'oeuvre missionnaire de son prédécesseur en sacrant un évêque bulgare.

Le pape Nicolas Ier étant mort à son tour (en 867), le successeur de son successeur, Jean VIII, envoya en 877 de nouveaux légats à Constantinople où, Photius, rentré en grâce, à la mort d'Ignace (en 877 également), était à nouveau redevenu patriarche.

Approuvé par Jean VIII (décédé en 882) et par ses successeurs (Martin Ier, Adrien III et Étienne V),  il le demeura jusqu'à la mort de Basile Ier et l'accession au trône  de Léon VI dit le Philosophe  (866 - 912, empereur byzantin de 886 à 912).

***

C'est à ces différents entre Rome et Constantinople qu'on attribue l'origine du Grand Schisme d'Orient qui aboutit, en 1054, par l'excommunication du pape Léon IX par le patriarche Keroularios et l'excommunication de Keroularios par Léon IX.

(À noter que ces exclusions mutuelles ont été levées en 1965 mais l'union entre les deux Églises n'a pas encore été rétablie.)

Voir également la note 202 à Papes pour le Grand Schisme d'Occident.


Ont été, parmi les personnages précités, déclarés saints :

Ignace, Nicolas Ier (dit Nicolas le Grand) et Adrien III.

Retour, si vous êtes venu par là à : César et les Romains

Sinon voir à : Fallah Souffer

Ou encore à : Rhutanga

Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Le Castor ™ - L'organe officiel de l'UdeNap

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0

accueil |  infos  |  pour nous écrire
Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru